Tchad: Le Président Mahamat Deby Itno atterré, une grosse tempête s'abat au siège de ORABANK

Le Président du Conseil Militaire de Transition Général MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO

Le scandale à la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) se révèle être un " tueur en série " implacable et jamais égalé dans la sphère économique et financière au Tchad. Comme l'avait annoncé Confidentiel Afrique, quelque 120 milliards de FCFA ont été dilapidés dont 45 milliards partagés sous forme de " rétro-commissions affairistes " via un sous compte ouvert dans la plus grande discrétion à ORABANK TCHAD.

Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, le Président Mahamat DEBY ITNO Alias KAKA a presque piqué un malaise, suite aux premiers éléments d'enquête de l'ANS (Agence nationale des renseignements) déposés sur sa table au palais de NDjaména et qu'il a parcourus. Selon nos informations, une passe d'armes a eu lieu entre l'homme fort de NDjaména et son désormais inoxydable ex-Secrétaire Particulier, le chouchouté Idriss Youssouf BOY, juste avant la mise aux arrêts de ce dernier.

Confidentiel Afrique a appris aussi, que le Président Mahamat DEBY ITNO a donné entière carte blanche aux redoutables agents de l'ANS de creuser sous les vannes frelatées de ce Madoff tchadien des hydrocarbures. Une source proche du dossier a glissé à Confidentiel Afrique que " des têtes vont tomber sous peu, pas n'importe lesquelles, allant du premier cercle de l'attelage gouvernemental aux gradés de l'armée tchadienne ".

Le Chef de l'État est dans tous ses états et affirme en coulisses, que les coupables seront traduits devant les juridictions compétentes du pays pour haute trahison économique. Le Chef de l'état est devenu impulsif ces derniers jours, dépassé par la gravité du scandale. Les dégâts sont insoupçonnés et la purge a déjà commencé, après s'être débarrassé de son puissant et intouchable Secrétaire Particulier.

Selon nos sources, le Président Mahamat DEBY ITNO tient entre ses mains une liste de personnalités devant faire leur imminente entrée au gouvernement. Confidentiel Afrique a appris que la société Glencore s'est reunie en urgence depuis la maison-mère afin d'examiner la suite à tenir devant ce désastre financier. Un tête-à-tête entre Glencore et le locataire du palais de NDjaména est dans les tuyaux.

L'entreprise Glencore payait et versait de l'argent pour le compte de l'État du Tchad sans se sourciller de l'usage de ces sommes astronomiques versées dans un sous-compte ouvert à ORABANK TCHAD et que manipulaient un groupuscule de voyous financiers, aidés par de gros pontes du régime.

Plusieurs millions d'euros ont quitté le Tchad tirés de ce business florissant à destination de banques off-short dubaiote et turque, renseignent des sources crédibles.

Confidentiel Afrique qui confirme le journal Abba Garde, dans sa livraison de ce lundi 27 juin qui revient largement sur d'importantes sommes d'argent planquées à Dubai. Des sources bien informées renseignent à Confidentiel Afrique que le Président devra incessamment mettre sur pied une commission rogatoire afin de dénicher les détenteurs des comptes off-shore de son régime. On souffle que cinq noms de hautes personnalités sont déjà sur sa table dont 3 ministres, un général et un directeur général de société publique.

D'après des sources bien renseignées parvenues à Confidentiel Afrique, le Président Mahamat DEBY ITNO tient à ce que ORABANK passe à la caisse en remboursant ce préjudice orchestré par un lobby de prédateurs, avec la complicité d'une banque qui n'a pas respecté dans ce dossier les principes de bonne gouvernance et d'équilibre des fondamentaux. Le préjudice s'élèverait à plus de 50 milliards, même si on èvoque la bagatelle de 120 milliards de FCFA détournés via ce sous compte.

ORABANK TCHAD, un Madoff qui fait disjoncter le haut etablishment du groupe bancaire

Les carottes sont cuites pour le banquier Mamadou BASS, Directeur général d'ORABANK TCHAD. Mis aux arrêts par les services de renseignements tchadiens depuis l'éclatement de cette sulfureuse affaire de détournements qui donne du tournis, ce dernier est toujours gardé dans les locaux de l'ANS.

Le banquier guinéo-malien, qui a reconnu l'existence de ce sous compte ouvert dans les livres de l'institution vit des jours difficiles. Ce dossier aux bulles à fragmentation des hydrocarbures éclaboussé au Tchad n'est qu'une bouteille dans la mer. À ORABANK GROUPE, l'affaire BASS Mamadou, est tombée comme un véritable tsumani et est un gros caillou dans la chaussure des dirigeants. Le groupe, depuis l'arrivée de nouveaux administrateurs camerounais, est entré dans une sorte de zone mouvementée.

Beaucoup d'initiés du secteur ergotent que le groupe bancaire n'a cessé de multiplier les maladresses avec les départs de l'ex-égérie Binta Ndoye Touré et certains hauts responsables de filiales du groupe, poussés a la sortie, et se souciant plus à faire du business à tout prix, loin de l'orthodoxie de la vocation de banque.

Sur fonds de flots et flops, Orabank Groupe a décidément du mal à tenir bon la barque. On pointe du doigt parfois certaines pratiques peu " orthodoxes " décriées par les clients. Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, une mission de la COBAC fouille depuis ce matin dans les écuries d'ORABANK TCHAD. Selon nos informations, il est annoncé depuis hier dans la capitale tchadienne l'arrivée d'administrateurs du groupe ORABANK, pour voir clair. À l'évidence, tout se paiera cash.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X