Angola: Sacs plastiques - Les déchets les plus visibles sur la voie publique

Luanda — Dans divers quartiers de la ville de Luanda, notamment dans les marchés informels, il est courant de voir des milliers de sacs en plastique éparpillés à l'air libre.

En plus des marchés informels, l'utilisation effrénée des sacs en plastique pour transporter les produits est également visible sur les marchés formels, une action qui représente un danger pour l'écosystème.

Par exemple, dans la ville de Luanda, dans les poubelles, les plastiques dominent les déchets solides jetés à l'air libre.

En Angola, selon les données officielles, 12,4 millions de sacs plastiques sont distribués quotidiennement, principalement dans les établissements commerciaux.

L'agence des Nations Unies qui coordonne toutes les actions environnementales estime que 80% de tous les déchets dans les océans sont constitués de plastiques, elle appelle donc les gouvernements à mettre en œuvre des politiques pour les réduire.

L'agence estime que huit millions de tonnes de plastique finissent dans les océans chaque année, soit l'équivalent du déversement d'un camion à ordures en plastique chaque minute, faisant des ravages sur la vie aquatique et les écosystèmes, ainsi que sur la pêche et le tourisme, avec des coûts d'au moins huit milliards de dollars (un dollar équivaut à 429 Kz).

Pour réduire l'utilisation de sacs en plastique, en raison du risque qu'il représente pour l'environnement, de nombreux pays optent pour l'utilisation de sacs en papier.

En Angola, le gouvernement est en train d'élaborer un décret sur les déchets spécifiques, qui, entre autres objectifs, vise à décourager l'utilisation de sacs en plastique jetables avec l'application et la perception de redevances.

Le paquet de mesures comprend, entre autres, la mise en place d'actions contre le plastique sur le littoral maritime, en raison de l'impact négatif qu'il a sur la promotion du tourisme.

Le plastique a la caractéristique d'être imperméable, c'est-à-dire qu'il retient l'eau, provoquant l'imperméabilisation du sol et des dépôts d'ordures, ce qui rend difficile la biodégradation des déchets organiques.

La décomposition des déchets organiques émet du gaz méthane (CH4, vingt et une fois plus dangereux que le dioxyde de carbone, CO2).

Malgré les directives gouvernementales sur l'utilisation de sacs écologiques au lieu de sacs en plastique, plusieurs gérants de supermarchés pointent le manque de fonds comme l'une des principales difficultés qu'ils rencontrent pour remplacer les sacs en plastique par des sacs réutilisables.

Selon les commerçants contactés par l'ANGOP, il est difficile d'inclure des sacs réutilisables ou en papier, faute de fonds, ainsi que de trouver des moyens de convaincre les clients de payer pour l'autre modèle de sac au moment de l'achat.

Le mini-marché de Jofrabo est l'un des centaines répartis dans la capitale du pays qui n'adhèrent pas aux sacs réutilisables.

Le superviseur Adriano Filho a déclaré que le marché n'offre pas de conditions pour remplacer les sacs en plastique.

Concernant les sacs réutilisables, le superviseur a dit qu'il n'y a pas de conditions pour adopter d'autres types de sacs, autres que le plastique, en raison des conditions financières et du marché qui n'offre pas d'options.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X