La CEA informe le Groupe Afrique à New York de la Déclaration de Kigali et de la route vers la COP 27

Réunion CEA, Union africaine et Égypte sur la COP 27
13 Juillet 2022
communiqué de presse

New York, le 7 juillet 2022 (CEA) - La Secrétaire générale adjointe de l'ONU et Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), Vera Songwe, a informé les représentants permanents (RP) des États membres africains à New York de certains engagements de la Commission en appui aux besoins de financement et de développement durable des pays africains.

Mme Songwe a déclaré que la réunion, qui s'est tenue le 7 juillet, a été l'occasion de faire le point sur tout le travail accompli par la CEA avec l'Union africaine et l'Égypte, Présidente de la COP 27, concernant le changement climatique au sens large et des questions spécifiques telles que La transition énergétique et ce que cela signifie pour l'Afrique. Elle a également souligné que « l'Afrique a besoin de plus de liquidités et les Droits de tirage spéciaux (DTS) permettront à l'Afrique de passer de 33,6 milliards de dollars à 67 milliards de dollars » et que l'Afrique peut également générer des liquidités supplémentaires grâce à la tarification du carbone.

La Cheffe de la CEA et son équipe d'experts ont informé les représentants permanents sur la Déclaration de Kigali - le résultat du huitième Forum régional africain pour le développement durable - qui comprend les priorités, d'autres cadres et les recommandations pour que l'Afrique accélère la mise en œuvre du Programme 2030 et de l'Agenda 2063 à plusieurs niveaux.

La Déclaration de Kigali incluait un appel à l'ONU, à la Commission de l'Union africaine, à la Banque africaine de développement et à d'autres partenaires visant à renforcer la capacité des pays africains à tirer parti de la Facilité de liquidité et de durabilité et d'autres mécanismes de financement innovants. Nassim Oulmane, qui dirige la Section de l'économie verte à la CEA, a souligné la nécessité « d'interventions immédiates à plusieurs niveaux sur la finance, y compris des réformes de l'architecture financière internationale pour intégrer les mécanismes de financement de l'innovation initiés par les pays africains ».

Dans sa présentation intitulée « The Road to COP27: Highlighting Africa's Priorities », le Directeur de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles de la CEA, Jean-Paul Adam, a expliqué comment la CEA s'associe à l'Égypte, future Présidente de la COP27 pour coordonner les résultats potentiels de la COP27. Ces résultats comprennent un cadre énergétique clair et juste et un soutien financier.

En termes de mécanismes financiers, l'accent est mis sur la recherche d'un mécanisme permettant le financement urgent des pertes et dommages dus aux catastrophes liées au climat ; tenir la promesse de l'allocation des 100 milliards de dollars américains et renouveler l'engagement d'obtenir un nouveau financement à partir de 2025 ; le financement à grande échelle de l'adaptation et de l'opérationnalisation des dispositions de l'article 6 sur la tarification mondiale du carbone et également le renforcement des capacités des pays africains afin qu'ils puissent accéder aux marchés volontaires du carbone ; le développement de mécanismes financiers innovants qui améliorent la capacité des pays africains à accéder aux marchés financiers et aux flux financiers du secteur privé afin d'investir dans la résilience climatique, via l'accès aux instruments d'obligations vertes, par exemple.

M. Adam a déploré le fait que « l'Afrique reçoive moins de 1 % des émissions d'obligations vertes, contrairement au nombre d'obligations vertes émises, qui augmentent d'année en année ».

Les représentants ont également eu la possibilité de poser des questions et de donner leur avis sur les présentations. Le Représentant permanent de la Zambie, Chola Milambo, a souligné la question des crédits carbone, qu'il a qualifiée de grande opportunité pour l'Afrique compte tenu de l'abondance de la végétation dans de nombreux pays. Cependant, il a souligné la nécessité de mettre en place des mécanismes visant à faire évoluer ces marchés et faire en sorte que les prix du carbone restent attractifs à long terme.

En conclusion de la session, Vera Songwe a exhorté les membres du Groupe africain à assister aux réunions précédant la COP 27 et a exprimé la disponibilité de la CEA à poursuivre les séances d'informations aussi souvent que le Groupe africain le souhaiterait.

Publié par :


Section de la communication
Commission économique pour l'Afrique
B.P. 3001
Addis-Abeba
Éthiopie
Tél : +251 11 551 5826
Email : eca-info@un.org

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.