Sénégal: Tambacounda - Les futurs députés appelés à s'impliquer pour corriger le déficit d'infrastructures

Koumpentoum (Tambacounda) — Les candidats investis pour les législatives de dimanche à Tambacounda (est), une fois à l'Assemblée nationale, doivent plaider pour que le déficit d'investissements dans les infrastructures sociales de base dont souffre la région soit corrigé, estime le ministre-conseiller Ibn Ibn Taymiyya Sylla, chargé de l'économie numérique auprès du président de la République.

"Il ne faut pas toujours taper sur l'administration territoriale. Nous devons voir si les élus plaident dans les grandes instances de décision en faveur de notre région qui regorge d'énormes potentialités", a-t-il indiqué lors d'un meeting de la coalition Benno Bokk Yaakaar (majorité présidentielle).

M. Sylla, ingénieur en télécommunications, compte apporter sa pierre à l'édifice grâce au digital qui peut selon lui générer des activités économiques et créer des emplois pour les jeunes.

La question de l'emploi des jeunes doit être abordée sous différents aspects, y compris sous l'angle de "l'économie numérique qui occupe une grande place en Afrique de l'Ouest", a souligné Ibn Taymiyya Sylla.

"Les jeunes sont dynamiques. Il faut les encadrer et leur donner les moyens nécessaires", a suggéré le ministre-conseiller en charge du numérique auprès du président de la République.

Il a évoqué, par exemple, la situation département de Koumpentoum, une localité qui manque de tout, d'après lui.

"Ce département est traversé par une seule route bitumée qui est la nationale numéro 1", a-t-il rappelé, relevant toutefois que de manière générale, des progrès ont été faits par le régime en place sur de nombreux points.

Il a passé en revue toutes les difficultés de la zone, citant le problème d'accès à l'eau potable, l'électrification des villages et le bitumage des routes.

Une situation qui selon lui est un contraste avec les potentialités économiques du département.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.