Centrafrique: Mandat d'arret contre Nouredine Adam - Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes

28 Juillet 2022
analyse

Il se savait recherché. Mais il ne savait pas qu'il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international même s'il se montrait prudent dans ses déplacements. Nouredine Adam, puisque c'est lui qu'il s'agit, est wanted par la Cour pénale internationale (CPI).

L'ex-numéro 2 de la Séléka qui s'est, selon toute vraisemblance, réfugié au Soudan, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis depuis le 7 janvier 2019, soit il y a plus de trois ans de cela.

Le bureau du procureur de la CPI avait décidé de ne pas rendre public ce mandat aux fins d'optimiser les chances d'arrestation de celui-là qui, dans un passé pas si lointain, fut ministre de la Sécurité sous le régime de Michel Djotodia. Mais ni les sanctions contre lui prononcées par les Nations unies, ni la notice rouge de l'Interpol n'ont permis de produire l'effet escompté.

Tant et si bien que lasse d'attendre, la deuxième chambre préliminaire de la CPI a fini par rendre public ce qu'elle avait gardé secrètement pendant des années, tout en appelant à la coopération des Etats signataires du statut de Rôme.

Pour rappel, Nouredine Adam est poursuivi pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et tortures commis entre avril et novembre 2013 en République de Centrafrique au temps fort où la guerre entre Séléka et Anti-Balaka sur fond de haine ethno-religieuse, faisait rage.

Et ce n'est pas tout. Car, signataire de l'accord de Khartoum, Nouredine Adam fait partie des piliers de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) qui a juré la perte du régime de Faustin-Archange Touadéra, avant d'entrer, tout comme François Bozizé, dans la clandestinité.

Le cas de Nouredine Adam doit constituer un avertissement pour tous ces seigneurs de guerre qui se croient tout permis

C'est donc peu de dire que Bangui ne boudera pas son plaisir de le voir pendu au croc d'un boucher ; lui qui a tant troublé le sommeil des uns et orchestré la mort des autres.

En tout cas, s'il est alpagué, Nouredine Adam sera la énième personnalité centrafricaine à répondre devant la CPI. Car, peu avant lui, deux autres seigneurs de guerre, et pas des moindres, que sont Patrice Edouard Ngaïssona et Alfred Yekatom, tous deux issus des Anti-balaka, ont été arrêtés et transférés à La Haye où ils sont jugés pour crimes de guerre.

C'est la preuve, pour ceux qui en doutent encore, que personne n'est jamais assez fort pour l'être éternellement, et que tôt ou tard, le passé de chacun finit par le rattraper. Certes, pour le moment, Nouredine Adam court toujours encore. Mais tôt ou tard, il finira par répondre devant le tribunal de l'Histoire.

En tout cas, même s'il échappe à la Justice des Hommes, il ne pourra pas échapper à la Justice immanente qui, elle, découle naturellement des actes accomplis, et s'exerce implacablement sans intervention extérieure.

Cela dit, le cas de Nouredine Adam doit constituer un avertissement pour tous ces seigneurs de guerre qui se croient tout permis au point de s'arroger le droit de vie et de mort sur leurs compatriotes. Qu'ils se le tiennent pour dit : nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X