Tunisie: Ragheb Alama, l'infatigable super star émerveille Carthage

Tunis — Pour son retour à Carthage, la super star Ragheb Alama avait de quoi émerveiller les foules impressionnantes de ses fans, majoritairement des femmes, dans un spectacle à guichet fermé. Son spectacle donné, samedi soir, au 56éme Festival international de Carthage est une nouvelle consécration d'un succès et une créativité inépuisable qui dure depuis près de quatre décennies.

Accompagné d'une troupe de musiciens, libanais, égyptiens et tunisiens, l'artiste a donné l'un des spectacles les plus attendus du festival de Carthage cet été. Sa fraichir et sa vitalité sur scène sont toujours au top.

Tout était bien étudié, du choix des chansons, au choix vestimentaire de la star habillée tout en blanc tout comme ses musiciens. Cette couleur d'été offre un grand confort visuel qui s'ajoute au jeu de lumière qui enveloppait la scène.

Ses fans étaient comme une chorale qui accompagne l'orchestre. Le public, de tout âge, répétait ses chansons à cœur, les nouvelles comme les anciennes. La communion avec le public comme d'habitude assez forte. La star ne manque aucun instant pout se déplacer et vers son public qui occupait les deux coins de la scène.

Ragheb a chanté, dansé et fait revivre ses fans l'un des purs moments de joie en interprétant des tubes où la force des paroles s'ajoute à la beauté du rythme. De son ancien répertoire, il a interprété des chansons comme son fameux single " Ya Rait ", un chef d'œuvre musical indémodable.

La super star n'en finit pas de surprendre son public. A la fin du spectacle, Ragheb a chanté son tout dernier tube d'été, " Istimara 6 ", en dialecte égyptien. Quelques heures après son lancement, la chanson du genre populaire est devenue un trend sur les réseaux sociaux, avec deux millions de vues enregistrées en moins en 48 heures.

Ce clip d'après des paroles de Nader Abdallah et composition de Mohmoud Khyami est mis en scène par Ziad Khoury. Le tournage a eu lieu au Liban. D'après certains médias arabes, cette chanson est la troisième en dialecte égyptien sortie cette année, après " Momken azaalak " et " Taalili ".

La star prépare un album composé d'un cocktail de chansons en dialecte libanais, égyptien et khaligi (pays du Golfe), qui devra sortir bientôt.

Ragheb Alama a promis au public de revenir, tout en déclarant avoir " une grande histoire d'amour, éternelle, avec la Tunisie". Aucun mot ne saura expliquer " cet amour partagé avec le public. Mon voyage en Tunisie constitue une fête pour moi et une joie immense ", a encore dit l'artiste devant les médias présents point de presse tenu à l'issue du spectacle.

Cet amour n'a jamais été concrétisé en une chanson en dialecte tunisien ou filmée en Tunisie. Ragheb Alama justifie " des choix qui sont du ressort du metteur en scène ".

Il a souligné que des dizaines de propositions lui parviennent de la part de compositeurs libanais, égyptiens, palestiniens ou syriens. " Malgré mes appels incessants pour des collaborations avec des compositeurs tunisiens, je n'ai jamais eu de propositions ", a fait avoir l'artiste en présence de son agent artistique, une tunisienne.

Depuis Carthage, il a lancé " un appel aux artistes tunisiens pour une éventuelle collaborations avec une chanteuse ou même un metteur en scène, exprimant sa volonté de tourner un clip en Tunisie dont la beauté des paysages naturelles le fascinent ".

Ragheb Alama, une star qui a su graver son nom dans le registre des grands est l'un des artistes les plus adulés de son époque. Romantisme, optimisme et joie de vivre constitue la trilogie de son succès auprès de son public de tous les temps.

Ses chansons incarnent l'univers romantique tant espérée de ses fans, de la gent féminine notamment. La belle star est un gentlemen assez élégant dont la seule présence est capable d'assouvir les rêves de toutes ses fans, qui trouvent refuge en ses chansons. L'artiste est aussi l'un des chanteurs adorés dans tous les pays arabes mais aussi voisins.

Sur son site officiel, l'artiste se présente comme " chanteur, danseur, compositeur, personnalité télévisuelle et philanthrope ". Ragheb Alama a entamé sa carrière dans les années 80 avec sa participation au programme télévisé Studio El Fan, dédié à la découverte des jeunes talents, qui lui a valu de remporter le Platinium Award.

Sa célébrité s'est ensuite renforcée par des albums et des singles à succès comme " Ya rayt ", " an jad " et " alby asheq'ha " qui est la première chanson arabe en vidéo clip. Avec le début du nouveau millénaire, l'artiste a multiplié les succès dans des albums comme " Saharony el leil", " tab lih " et " el hob el kebir " et baacha'ak ", ce dernier sorti en 2008 avait remporté le " Platinium certification " de Virgin Megastores, pour ses ventes record.

Son album " Seneen Rayha " sorti en 2010, a fait de lui la première star arabe à intégrer Starbucks. La star qui adopte la cause environnementale avait été nommé ambassadeur des Nations unies pour les changements climatiques.

Les questions brûlantes en région arabe sont toujours au top des priorités de l'artiste. " Au Liban, on vit aujourd'hui l'un des pires moments en matière des droits de l'Homme, une situation qui prévaut dans beaucoup de pays de la région où le peuple arabe subi l'injustice ", a déclaré l'artiste. Son espoir est que " la justice et le bonheur règnent dans nos pays et de voir toutes les barrières géographiques s'estomper pour des déplacements plus faciles, sans visa. "

L'ingrédient de réussite, Ragheb Alama l'explique par sa passion pour son travail, son souci de perfection dans chaque chanson, chaque parole et chaque rythme. En studio de tournage, avec le parolier, le compositeur ou ses musiciens, son ultime souci est de rentrer dans chaque détail tout en mettant en mettant en considération l'accueil du public.

Sa générosité sur scène est aussi présente dans les coulisses. Il explique; "lorsque j'écoute une chanson, j'imagine le moment de son interprétation sur scène et je ne ménage aucun effort, pour la réussite de la chanson".

Malgré un parcours qui dure près de quarante ans, monter sur scène constitue pour lui, " un moment de joie intense " dont il ne s'en lasse jamais. " Chaque fois est comme si c'était la première fois", dit-il, estimant une forme de respect envers le public assez intelligent pour deviner que l'artiste est complètement investi dans tout le processus créatif de ses chansons."

Le succès, il le doit aussi à son équipe de travail sans laquelle il n'aurait pas été possible. La star déclare aussi être toujours entourée d'une équipe artistique aussi passionnée que lui, ce qui l'a aidé à continuer et à garder le titre de super star.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.