Egypte: Il s'est moqué de Jésus. Un professeur d'al Azhar sera jugé pour avoir insulté le christianisme et l'islam

Le Caire — Il s'appelle Mabrouk Attia et enseigne le droit islamique à l'Université d'Al Azhar, le professeur-prédicateur égyptien qui s'est retrouvé au centre d'une controverse et de poursuites pénales pour certaines expressions irrévérencieuses réservées à Jésus, dans un discours filmé et diffusé sur les médias sociaux.

Dans ce discours, Attia a fait des références au Sermon sur la montagne de Jésus, qu'il a appelé "Monsieur Jésus" et comparé à "Monsieur Mars" dans une blague peut-être humoristique. Sur les mêmes réseaux sociaux, le professeur a immédiatement été accusé de se moquer du nom de Jésus. Des avocats et des juristes ont déposé des plaintes contre Attia. Acceptant ces plaintes, le tribunal d'Héliopolis a ouvert un procès contre le professeur d'al Azhar pour outrage au christianisme et à l'islam, fixant la première audience au 21 septembre.

Parmi les actions en justice intentées contre Attia figure celle du juriste égyptien Naguib Gabriel, qui a poursuivi le professeur pour avoir offensé non seulement la foi chrétienne, mais aussi l'islam, qui reconnaît Jésus fils de Marie (Īsā ibn Maryam) comme le Messie et le prophète. L'article 98 du code pénal égyptien stipule que toute personne qui ridiculise les prophètes, les livres saints et les symboles religieux est passible de peines allant de trois à cinq ans de prison.

Après s'être retrouvé au centre d'accusations et de controverses, Attia a cherché à se racheter en publiant une nouvelle vidéo, dans laquelle il présente ses excuses à ceux qui ont été offensés par ses propos, tout en niant, toutefois, avoir eu l'intention d'être irrévérencieux envers Jésus. Le professeur a ajouté que, même de son point de vue, "ceux qui se moquent de Jésus se moquent du prophète Mahomet, paix et bénédictions soient sur lui, car ils sont tous deux des prophètes". Mabrouk Attia a également affirmé avoir été le premier à émettre une fatwa reconnaissant comme légitime l'offre d'aumônes et d'aide aux chrétiens pauvres par les musulmans pendant le mois de Ramadan.

La loi égyptienne reconnaît et poursuit également comme outrage à la religion toute tentative d'utiliser des symboles et des discours religieux pour diffuser des idées extrémistes, fomenter le mépris d'autrui et inciter à la sédition au détriment de l'unité nationale et de la paix sociale.

Dans le tourbillon de la controverse qui s'est développée autour des propos du professeur Attia et des procès intentés contre lui, un vieux clip vidéo du cheikh Ahmed al Tayyeb, dans lequel l'actuel grand imam d'al Azhar - le grand centre théologique sunnite situé au Caire - commentait avec des relents d'émotion les paroles mêmes de Jésus dans le Sermon sur la montagne, notamment celles dans lesquelles le Christ appelle à aimer l'ennemi et à prier pour ses persécuteurs, a également circulé sur les réseaux sociaux : "Parfois, je la récite, et les larmes me montent aux yeux", confie-t-il à Tayyeb dans la vidéo vintage.

Le grand imam sunnite Ahmed al Tayyeb a cosigné avec le Pape François le "Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune", signé le 4 février 2019 à Abu Dhabi, afin d'attester devant le monde que "la foi conduit le croyant à voir dans l'autre un frère à soutenir et à aimer", et que "à partir de la foi en Dieu, qui a créé l'univers, les créatures et tous les êtres humains - égaux en raison de sa miséricorde -, le croyant est appelé à exprimer cette fraternité humaine, en sauvegardant la création et l'univers entier et en soutenant chaque personne, en particulier les plus nécessiteux et les plus pauvres".

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X