Congo-Kinshasa: La MONUSCO regrette l'expulsion de son porte-parole

La MONUSCO a pris acte et regretté, mercredi 3 aout, la décision du gouvernement congolais, demandant à un membre de son personnel de quitter le pays.

Le gouvernement de la RDC exige le départ de Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO.

La mission onusienne a ainsi exprimé son regret dans un communiqué de presse dont une copie est parvenue, ce jeudi, à Radio Okapi.

Dans ce document, elle s'est engagée tout de même à continuer de travailler aux côtés de la population et des autorités congolaises pour mettre en œuvre le mandat qui lui a été confié par le Conseil de sécurité.

Dans une note datée du 28 juillet dernier, le vice-Premier ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, a estimé que les tensions actuelles entre la MONUSCO et la population seraient dues " aux déclarations indélicates et inopportunes du porte-parole de la MONUSCO ".

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X