Afrique Centrale: L'ANPG signe des accords pour l'exploration des blocs du bassin du Congo et de Kwanza

Luanda — L'Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants (ANPG) a signé, ce jeudi, à Luanda, huit contrats pour l'exploration des blocs du Congo et du bassin du Kwanza.

La production actuelle est de 1,1 million de barils/jour, mais le quota de production de l'Angola à l'OPEP, en août, est de 1.502.000 barils/jour.

Pour septembre, le quota passe à 1.1.529.000 barils/jour.

Pour les blocs 5,6,8,17 et 20, dans la zone onshore du bassin de Kwanza, l'ANPG a paraphé des accords avec MTI Energy, SonangolPesquisa e Producão, Monka Oil, Groupe Simples Oil, Alfort, Brite*s Oil and Gas et Minéral Un.

Quant aux blocs 1, 5 et 6, dans le bassin du Congo, des accords ont été signés avec les compagnies pétrolières Somoil, Intank Grupo, Monka Oil, Prodoil, Prodian Oil Services, Servicab, Upite Oil Company et la société Omega.

Selon le président du conseil d'administration de l'ANPG, Paulino Jerónimo, les accords signés s'inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie générale de l'entreprise, d'un plan élaboré sur la base d'un diagnostic du secteur pétrolier.

Paulino Jerónimo a réaffirmé que la concessionnaire nationale s'est engagée à approfondir les connaissances géologiques de tous les bassins d'Angola, à travers la mise en œuvre de la stratégie d'exploitation des hydrocarbures, la promotion et l'appel d'offres pour ces zones, augmentant, en cas de succès, la production pétrolière.

Selon lui, l'appel d'offres pour plus de blocs dans la zone onshore des bassins du Bas Congo et du Kwanza est prévu pour l'année prochaine, et les blocs 7, 8 et 9 de l'offshore, et les blocs 32/21, 33/21, 34/21 de l'offshore du Bas-Congo.

De même, le bloc 10 du Bassin de Benguela, les blocs 11,12 et 13, 41, 42, 43 du Bassin de Namibe sont disponibles, ainsi que la découverte des blocs 6/15 et 20/15 au large du Kwanza.

À l'occasion, le secrétaire d'État au Pétrole et au Gaz, José Barroso, a déclaré que la signature des contrats représentait une étape importante pour le concessionnaire national et une plus grande responsabilité envers les actionnaires.

Le pétrole reste le principal produit d'exportation et génère ainsi environ 95 % des revenus de l'État angolais.

José Barroso a souligné qu'il appartenait aux nouvelles compagnies qui s'associent de montrer qu'il y a encore suffisamment de pétrole dans le sous-sol des bassins du Congo et du Kwanza.

Pour le représentant du canadien MTI Energy, Allan Schurte, l'entreprise a de l'expérience dans la fourniture de services, de machines et espère apporter ce potentiel en Angola, développer et coopérer avec la communauté locale, avec l'expérience internationale dont elle dispose.

Le directeur exécutif de Somoil, Fernando Hermes, a déclaré que le moment représentait une étape importante pour le peuple angolais et que l'entrée de plusieurs entreprises angolaises dans ce secteur allait garantir la durabilité et constituait un positionnement stratégique de patriotisme.

"Ce n'est pas facile, c'est une industrie qui nécessite un grand capital, des connaissances et de l'expérience, mais c'est ce défi qui, pour les Angolais, a du sens", a-t-il déclaré.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X