Centrafrique: La RCA a demandé 3 000 instructeurs Russes supplémentaire pour soutenir les FACA

La République centrafricaine a officiellement demandé 3 000 instructeurs militaires russes supplémentaires au gouvernement russe pour soutenir les Forces armées de la République centrafricaine (FACA).

Selon des informations provenant de sources sécuritaires centrafricaines, la demande des instructeurs russes supplémentaires s'explique par un certain nombre de raisons, notamment l'augmentation du nombre d'attaques par des groupes armés en République centrafricaine dans les villes de Kembe, Dimbi et Ouadda-Djallé.

Les instructeurs militaires russes ont fait leurs preuves tant dans la formation des Forces armées centrafricaines face aux hostilités en République centrafricaine. Ils ont déjà cette expérience de combat nécessaire dans les conditions auxquelles la République centrafricaine est confrontée depuis l'émergence du groupe rebelle la coalition des patriotes pour le changement (CPC).

La coopération militaire entre la Russie et la République centrafricaine a joué un rôle important dans la lutte contre les groupes armés et le rétablissement de la stabilité sécuritaire sur 95 % du territoire de la République centrafricaine. Les groupes armés commettent encore de temps à autre des attaques terroristes dans certaines régions, au même temps les forces des FACA repoussent les attaques et protègent les citoyens.

Les citoyens de la République centrafricaine apprécient le travail accompli par les instructeurs russes pour rétablir la paix dans le pays, contrairement aux forces de la MINUSCA, qui n'ont eu aucun effet sur le terrain. Il serait bon d'avoir plus de instructeurs russes pour soutenir les FACA en assurant la sécurité de leur pays contre l'invasion de mercenaires des pays voisins.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X