Afrique: Autonomiser les femmes pour augmenter la sécurité de l'eau en Afrique

Le changement climatique affectant les sources d'eau, veiller à ce que les femmes participent aux décisions relatives à la gestion de l'eau permet également d'améliorer les revenus et la santé.

Pour nombre d'entre nous, avoir accès à l'eau revient à ouvrir un robinet. Nous payons la facture et l'eau est toujours disponible. Elle est claire, propre et en abondance, et nous n'avons donc jamais à la gérer pour nous désaltérer, nous laver les mains, faire le ménage, irriguer les cultures et abreuver le bétail.

Pourtant, pour des millions d'Africains, trouver suffisamment d'eau pour boire, se laver et cultiver des aliments est une question qui se pose au début de chaque journée. Les femmes africaines sont particulièrement confrontées à ce problème car la grande majorité d'entre elles sont responsables de la gestion de l'eau dans le foyer.

Aujourd'hui, près de 90 % des exploitations familiales dans les zones rurales d'Afrique subsaharienne n'ont pas accès à l'eau courante. Par conséquent, les femmes et les filles parcourent jusqu'à deux heures et demie de distance aller-retour pour aller chercher l'eau nécessaire aux besoins de base. Le temps et l'énergie qu'elles consacrent à cette tâche diminuent leur disponibilité à s'occuper des jardins familiaux et à vendre leurs produits.

Le changement climatique déclenche des phénomènes météorologiques extrêmes dans chaque région du continent, ce qui ne fait qu'aggraver la situation de l'eau. Les inondations, les sécheresses, la désertification des terres cultivées et l'augmentation du niveau de la mer deviennent chaque jour plus apparentes. Le Global Climate Index 2021 classe le Mozambique, Madagascar et le Zimbabwe parmi les 20 pays les plus touchés par les phénomènes météorologiques extrêmes entre 2000 et 2019.

Les changements climatiques mondiaux continueront à menacer l'approvisionnement des ressources en eau limitées de l'Afrique. D'ici à ce que nous atteignions 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, environ 15 pour cent de la population mondiale connaîtra de graves pénuries d'eau, et le nombre de personnes vivant en situation de pénurie d'eau absolue augmentera de 40 pour cent. Aujourd'hui déjà, l'élévation du niveau de la mer au Sénégal déplace des communautés et oblige de nombreuses personnes à se déplacer loin pour trouver de l'eau douce. Les femmes gèrent l'eau - du foyer aux champsAu-delà des préoccupations de sécurité humaine quotidienne au niveau des ménages, la crise de l'eau affecte la production agricole. Au Sénégal, par exemple, les femmes jouent un rôle essentiel dans la gestion de l'eau en raison de leurs responsabilités traditionnelles de collecte de l'eau, de cuisine, de nettoyage et d'éducation des enfants. Dans le même temps, elles constituent près de 70 % de la main-d'œuvre rurale et génèrent un peu plus de 80 % de ses produits agricoles.

Les changements climatiques mondiaux continueront à menacer l'approvisionnement des ressources en eau limitées de l'Afrique. D'ici à ce que nous atteignions 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, environ 15 pour cent de la population mondiale connaîtra de graves pénuries d'eau, et le nombre de personnes vivant en situation de pénurie d'eau absolue augmentera de 40 pour cent.

Le patriarcat défavorise les femmes en limitant systématiquement leur accès à l'information, à la technologie, à la prise de décision et à la propriété foncière. Des pratiques discriminatoires et des restrictions sociales de longue date empêchent la plupart des femmes de prendre des décisions sur l'utilisation de l'eau. C'est particulièrement le cas dans les associations communautaires pour l'eau, y compris les organisations de producteurs, où moins de 30 pour cent des agricultrices ont un rôle dirigeant. En outre, seuls 20 pour cent des femmes sénégalaises ont accès à des services financiers, tels que des prêts et des assurances.

Ne pas donner de pouvoir aux femmes est une erreur, économiquement et moralement. Les recherches récentes de notre Alliance de Bioversity International et du CIAT au Sénégal démontrent que les femmes peuvent jouer et jouent un rôle de premier plan dans la mise en place de la sécurité de l'eau des ménages, l'augmentation de la production agricole et l'amélioration de la santé des familles.

L'accès aux puits et à l'eau courante réduit la charge des femmes et le temps qu'elles consacrent aux méthodes de collecte d'eau de faible technicité. Par conséquent, cela leur donne plus de temps pour se concentrer sur d'autres activités, comme la culture de légumes. Ce faisant, elles produisent des récoltes plus importantes et de meilleure qualité à vendre, et les membres de la famille consomment plus de légumes et boivent de l'eau propre. Dans l'ensemble, l'augmentation des revenus des femmes dépend davantage du système d'approvisionnement en eau que celle des hommes (35 % contre 33 %).

Des femmes et des communautés autonomes donnent de meilleurs résultats

L'agriculture irriguée est la norme dans les économies développées et est comparativement répandue dans d'autres régions. Environ 14 pour cent des terres cultivées en Amérique latine et 37 pour cent en Asie sont irriguées. En Afrique, ce chiffre s'élève à seulement 6 pour cent. Les systèmes d'irrigation représentent donc une opportunité pour stimuler une croissance économique durable et inclusive et donner aux femmes les moyens d'améliorer l'économie de leur foyer.

Les services d'eau à usages multiples (MUS) sont une approche innovante des organes gouvernementaux locaux et des organisations à but non lucratif qui confient aux villageois la responsabilité de la conception et de la gouvernance de leur infrastructure d'eau pour les différents besoins de la communauté - de la boisson au lavage, de l'irrigation à l'utilisation du bétail. Cette infrastructure comprend des réservoirs de collecte, des tuyaux, des robinets, des points d'accès sécurisés pour les personnes et le bétail et plus encore.

Depuis son introduction en 2004, MUS a connu des succès dans toute l'Afrique : augmentation de la production agricole et du revenu des ménages, meilleur accès à des aliments variés, diminution de la transmission des maladies et autonomisation des femmes et des communautés. Les communautés sont également impliquées dans l'entretien de l'infrastructure de l'eau. En Tanzanie, les femmes pauvres gagnent la moitié ou plus du revenu total de leur ménage grâce au jardinage et à d'autres activités productives, basées sur des systèmes d'eau à usage multiple. De même, en Éthiopie, le lait extra des animaux laitiers et le temps gagné (4 à 6 heures), grâce à un meilleur accès à l'eau, permettent aux femmes de s'organiser en groupes collectifs pour vendre leur lait sur des marchés plus importants. Au Sénégal, les femmes tirent également une plus grande part de leur revenu personnel de la source d'eau courante que les hommes (19% contre 15%). Faire le bon choix

Les femmes représentent 50 % de la main-d'œuvre africaine. Pourquoi, alors, combattons-nous notre plus grande menace existentielle - la pénurie d'eau - avec une main liée dans le dos ?

Lorsque les femmes sont co-conceptrices des technologies d'irrigation et partenaires égales dans la mise en œuvre des solutions, l'emplacement, l'objectif et l'échelle des projets sont optimisés en fonction des droits et des besoins des femmes, ce qui profite à tout le monde.

L'augmentation de la fréquence et de la gravité des vagues de chaleur, des pluies et des sécheresses continuera à limiter les ressources en eau de l'Afrique. La concurrence pour l'eau entre les groupes d'utilisateurs, comme les agriculteurs et les éleveurs, ou entre les communautés des zones supérieures et inférieures, pourrait entraîner une instabilité sociale, voire un conflit civil. Si les femmes contribuent aux solutions, nous pourrions éviter ces résultats indésirables et assurer la sécurité de l'eau.

J'appelle les gouvernements nationaux et locaux d'Afrique à faire ce qu'il faut. Allouons les fonds et rassemblons la volonté politique pour donner aux femmes les moyens d'agir dans la bataille pour améliorer et maintenir l'approvisionnement en eau de l'Afrique.

Caroline Mwongera est chercheuse en chef sur les systèmes agricoles et le changement climatique à l'Alliance de Bioversity International et CIAT.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X