Afrique: Réunion publique pour calmer les violences visant les mineurs clandestins

Une réunion publique était organisée samedi 6 août dans la banlieue ouest de Johannesburg, après plusieurs jours de violence contre les "Zama zama", des mineurs clandestins exploitent des mines abandonnées dans la zone. Ce sont des individus parmi ces communautés qui sont accusés d'avoir commis un viol collectif qui a provoqué la colère dans le pays, la semaine dernière. Et depuis, ils sont la cible d'attaques de Sud-Africains des townships voisins. Le gouvernement espérait donc désamorcer les tensions en donnant la parole aux habitants.

Sibongile, 36 ans, fait partie des centaines de résidents de la banlieue de Krugersdorp qui se sont rendus à cette réunion publique pour partager leur colère avec le ministre de la Police. " Ça devient vraiment difficile ici. J'ai même peur d'aller seule au magasin au coin de la rue. Et quand on se rend à la police pour porter plainte, ensuite, il n'y a jamais rien qui se passe. "

S'il condamne la chasse à l'homme qui vise les mineurs clandestins, souvent étrangers, le président de la Commission des droits de l'homme sud-africaine, Bongani Majola, reproche également au gouvernement de n'avoir rien faire pour régler le problème de ces mines abandonnées.

" Nous avons publié un rapport en juillet 2015. Nous proposions de créer des lois pour réguler la façon dont ces minerais peuvent être exploités, et octroyer des licences. Cela permettrait aussi aux communautés environnantes de tirer des bénéfices de ces mines. Mais le gouvernement n'a jamais réagi suite à ce rapport. "

Mais au-delà de ce drame, pour Mervin, qui habite le quartier, le manque d'efficacité de la police vient s'ajouter à une longue liste de frustrations qui pourrait créer des étincelles. " Tôt ou tard, on va dépasser ce que les gens peuvent supporter. Il y a tellement de chômage, de criminalité, de violences faites aux femmes... Tout cela est en train de bouillir, et cela va finir par exploser. "

Le président Cyril Ramaphosa a, lui, promis de concentrer les efforts de la police pour fermer ces mines illégales.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X