Tunisie: Le tribunal administratif de Tunis suspend la révocation des 57 juges ordonnée par Kaïs Saïed

Kaïs Saïd, Président de la République Tunisienne

Revers pour le président Kaïs Saïed : le tribunal administratif de Tunis a suspendu l'exécution de sa décision prise en juin de révoquer 57 juges. Une mesure qui avait suscité une levée de boucliers dans le pays. D'après le porte-parole du tribunal, un certain nombre de juges pourraient finalement retrouver leurs prétoires à l'issue de l'examen des dossiers de recours.

Après avoir examiné les données factuelles et juridiques en vigueur pendant l'enquête, 48 juges sur le 57 révoqués par le président tunisien pourraient reprendre leur travail, selon le tribunal administratif.

" Corruption financière et morale "

En juin dernier, le président Kaïs Saïed a publié un décret révoquant ces juges, pour des soupçons de corruption, pour " changement du cours de certaines affaires ", et pour perturbations d'enquêtes dans des dossiers de terrorisme. La liste d'accusations comprenait également des accusations de " corruption financière et morale ", ce que les jugent nient.

Mourad al Masoudi, président de l'Association des jeunes juges tunisiens, et qui fait partie des juges révoqués, affirme que le tribunal administratif a pris cette décision en découvrant que ces juges n'avaient aucune relation avec ces accusations. Ils ne font pas non plus l'objet des plaintes pénales ou disciplinaires ou morales. Ils n'avaient même pas de dossiers.

Décret présidentiel suspendu

La décision du tribunal administratif a normalement pour effet de suspendre le décret présidentiel qui avait été rejeté par les syndicats et les partis politiques. Tous se réjouissent aujourd'hui de cette décision de la justice tunisienne.

Le palais présidentiel n'a pas communiqué pour le moment.

 

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X