Afrique: Des réactions à la brouille entre le Mali et l'Allemagne

L'Allemagne suspend l'essentiel de ses opérations militaires au Mali jusqu'à nouvel ordre. La décision a été annoncée ce vendredi (12.08.2022) après un nouveau refus de survol du territoire malien par les autorités de Bamako.

Les autorités allemandes indiquent avoir pourtant reçu des assurances contraires de la part du ministre malien de la Défense, Sadio Camara, lors d'un entretien téléphonique jeudi (11.08.2022) avec la ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht.

Ce refus des autorités maliennes a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Le vol devait transporter "environ 140 femmes et hommes" à destination du Mali tandis qu'environ "110 autres n'ont pas pu être transférés hors du Mali, en particulier, des troupes devant aider à sécuriser le Mali."

"Ce contingent devait être déployé pour remplacer les forces françaises qui partent maintenant lentement", explique Arne Collatz, porte-parole du ministère allemand de la Défense.

Quelles conséquences?

Sans ce redéploiement, la sécurité sur le terrain n'est plus garantie. Les Allemands représentent le plus grand contingent parmi les nations européennes et occidentales, avec environ 1.350 soldats.

Cette suspension pourrait avoir des conséquences en cascade en envoyant un signal aux autres pays occidentaux qui soutiennent la Minusma, estime le représentant de la fondation politique allemande Friedrich-Ebert au Mali, Christian Klatt :

"Sans les Allemands il y a des possibilités que les autres pays européens, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et les autres nations arrêtent leurs contributions aussi. C'est toujours une option et bien sûr, cela veut dire qu'un changement de la mission est possible."

Christoph Hoffmann, président du groupe parlementaire du parti libéral (FDP) au Bundestag (la Chambre basse du parlement allemand) craint lui aussi que si la Bundeswehr ne réintègre pas la Minusma, cela mette fin à la mission de l'Onu.

Les dessous de ce refus

Christoph Hoffmann accuse le président russe Vladimir Poutine d'avoir poussé les autorités maliennes à agir ainsi en refusant le survol des avions de la Minusma.

"Je crois que le gouvernement de transition du Mali est le porte-parole de la politique russe. Je crois que ça, c'est le plan de (Vladimir) Poutine parce qu'il ne veut pas que la Minusma fasse des contrôles des crimes de guerres que les Russes commettent en ce moment."

Le président du groupe parlementaire du parti libéral (FDP) estime que "l'Allemagne doit prendre d'autres mesures. Elle doit renforcer les militaires au Niger mais aussi renforcer la coopération avec la Côte d'Ivoire. Nous ne devons pas permettre que ces derniers, comme le Mali, soient submergés par des groupes islamistes et l'instabilité politique après l'effondrement de la Libye en 2011. Toute la région d'Afrique de l'Ouest risquerait alors de sombrer dans le chaos", craint Christoph Hoffmann.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X