Afrique Centrale: Deux soldats tués par des jihadistes près du lac Tchad

Deux soldats tchadiens ont été tués par des jihadistes à Dabantchali, dans la région du lac Tchad, annonce lundi le président Mahamat Idriss Déby Itno. Ces dernières années, la zone est devenue un repaire important des groupes Boko Haram et de l'organisation État islamique.

Dans un message sur le réseau social Twitter, le président Déby fait état de " la mort d'une dizaine de terroristes ". " Nos vaillantes forces armées viennent de repousser une agression de la nébuleuse secte Boko Haram dans les environs de Bol ", à environ 300 km au nord de la capitale Ndjamena, précise le chef de la junte au pouvoir, affirmant que " deux soldats sont tombés en accomplissant leur devoir ".

Les autorités appellent indistinctement " Boko Haram " le groupe jihadiste nigérian du même nom et sa branche dissidente, l'organisation État islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), qui ont installé des camps sur la multitude d'îlots couvrant le bassin du lac Tchad.

Les jihadistes conduisent régulièrement des attaques contre les militaires et les civils dans toute la zone. Vendredi et samedi, des civils ont été attaqués à Liwa, Kaya et Koulkimé. Dans cette dernière localité, les jihadistes ont même attaqué un poste de gendarmerie avant d'être repoussés. C'est la troisième attaque en moins d'une semaine, précisent des sources locales qui s'inquiètent de la recrudescence des incursions des jihadistes qui semblaient avoir disparu ces derniers mois, rapporte notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako.

Nombreux affrontements

En juin, la Force multinationale mixte (FMM) avait affirmé avoir tué plus de 800 jihadistes en deux mois sur des îles du Lac Tchad dans des opérations de la Force conjointe. En février, cinq soldats tchadiens avaient été tués par des jihadistes dans la localité de Kaiga Kindjiria, à environ 150 km au nord de la capitale Ndjamena.

En août 2021, au moins 26 militaires tchadiens avaient été tués dans la région du lac Tchad, près de la frontière avec le Cameroun, par des jihadistes qui ont aussi multiplié, ces dernières années, les attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils dans l'extrême nord du Cameroun.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X