Afrique: Les progrès dans la lutte contre le VIH sont "en danger".

Un ruban de sensibilisation au VIH dans la main d'une personne.
analyse

Publié le 27 juin et lancé de manière à coïncider avec la Conférence SIDA 2022 de la Société Internationale du Sida tenue à Montréal du 28 juillet au 2 août, ce Rapport mondial 2022 est le plus alarmant depuis de nombreuses années. Selon le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), des millions de vies sont en danger en raison du ralentissement des progrès.

Le présent article est basé sur le rapport susmentionné et le communiqué de presse de l'ONUSIDA qui lance ledit rapport.

De nouvelles données dressent un tableau préoccupant

De nouvelles données de l'ONUSIDA sur la riposte mondiale au VIH révèlent qu'au cours des deux dernières années de COVID-19 et d'autres crises mondiales, les progrès contre la pandémie de VIH se sont essoufflés et les ressources ont été considérablement réduites, ce qui met des millions de vies en danger.

L'organisation indique qu'à l'échelle mondiale, le nombre de nouvelles infections n'a diminué que de 3,6 % entre 2020 et 2021, soit la plus faible baisse annuelle des nouvelles infections à VIH enregistrée depuis 2016. L'Europe de l'Est et l'Asie centrale, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, et l'Amérique latine ont tous enregistré des augmentations des infections annuelles au VIH sur plusieurs années. En Asie et dans le Pacifique - la région la plus peuplée du monde - les données de l'ONUSIDA montrent désormais que les nouvelles infections à VIH sont en hausse là où elles avaient régressé. La recrudescence des infections dans ces régions est alarmante. En Afrique de l'Est et australe, les progrès rapides obtenus au cours des années précédentes ont considérablement ralenti en 2021. Il n'y a cependant pas que des mauvaises nouvelles, avec des baisses notables des nouvelles infections à VIH en Afrique de l'Ouest et centrale et dans les Caraïbes, mais même dans ces régions, la riposte au VIH est menacée par des problèmes de disponibilité des ressources financières.

Le rapport indique qu'en raison du ralentissement des progrès, environ 1,5 million de nouvelles infections se sont produites l'année dernière, soit plus d'un million de plus que les objectifs mondiaux. Les inégalités marquées au sein des pays et entre eux freinent les progrès de la lutte contre le VIH, et le VIH ne fait que les accentuer.

Des différences marquées entre les sexes et les genres en matière d'infection à VIH.

Sans surprise, les jeunes femmes et les adolescentes sont touchées de manière disproportionnée, avec une nouvelle infection enregistrée toutes les deux minutes en 2021. L'impact du VIH sur le genre, en particulier pour les jeunes femmes et filles africaines, s'est produit dans un contexte caractérisé par l'interruption des principaux services de traitement et de prévention du VIH, la déscolarisation de millions de filles et des pics de grossesses chez les adolescentes et de violence sexiste exacerbés par la pandémie de COVID-19. En Afrique subsaharienne, les adolescentes et les jeunes femmes sont trois fois plus susceptibles de contracter le VIH que les adolescents et les jeunes hommes.

Le rapport indique que durant les perturbations de ces dernières années, les populations clés ont été particulièrement touchées dans de nombreuses communautés, avec une augmentation de la prévalence dans de nombreux endroits. Les données de l'ONUSIDA montrent que les hommes homosexuels et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) sont exposés à un risque croissant de nouvelles infections à l'échelle mondiale. Depuis 2021, les données de l'ONUSIDA sur les populations clés montrent que les HSH courent 28 fois plus de risques de contracter le VIH que les personnes du même âge et de la même identité sexuelle, tandis que les utilisateurs de drogues injectables courent 35 fois plus de risques, les travailleurs du sexe 30 fois plus de risques et les femmes transsexuelles 14 fois plus de risques.

La race est également un facteur

Les inégalités raciales exacerbent également les risques liés au VIH. Au Royaume-Uni et aux États-Unis d'Amérique, la baisse de nouveaux diagnostics d'infection par le VIH a été plus importante au sein des populations blanches que chez les personnes noires. Dans des pays comme l'Australie, le Canada et les États-Unis, les taux d'acquisition du VIH sont plus élevés dans les communautés autochtones que dans les communautés non autochtones.

L'accès au traitement piétine

Le rapport montre également que les efforts déployés pour que toutes les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) aient accès à un traitement antirétroviral vital piétinent. Le nombre de personnes sous traitement contre le VIH a enregistré en 2021 une croissance plus lente que celle observée depuis plus de dix ans. Et si les trois quarts de toutes les PVVIH ont accès à un traitement antirétroviral, environ 10 millions de personnes n'y ont pas accès, et seulement la moitié (52%) des enfants vivant avec le VIH ont accès à des médicaments vitaux; l'écart en matière de couverture du traitement du VIH entre les enfants et les adultes se creuse au lieu de se réduire.

En 2021, la pandémie de SIDA a pris une vie toutes les minutes, en moyenne, avec 650 000 décès dus au SIDA, malgré un traitement anti-VIH et des outils de prévention, de détection et de traitement des infections opportunistes efficaces.

La politique est-elle l'une des raisons qui expliquent ces différences ?

Des différences importantes ont été constatées entre les pays. Certains pays ayant connu les plus fortes augmentations du nombre de nouvelles infections à VIH depuis 2015 comprenaient le Congo, Madagascar, les Philippines et le Soudan du Sud. En revanche, l'Inde, le Nigéria, l'Afrique du Sud et la Tanzanie ont connu les réductions parmi les plus significatives du nombre d'infections par le VIH, même avec la COVID-19 et d'autres crises. Ces exemples de progrès illustrent ce qu'exige une riposte efficace aux pandémies, les progrès les plus importants étant enregistrés là où les services communautaires, les contextes juridiques et politiques favorables et les services équitables sont les plus manifestes.

"Ces chiffres sont une question de volonté politique. Nous soucions-nous de l'autonomisation et de la protection de nos filles? Voulons-nous mettre fin aux décès dus au sida chez les enfants? Accordons-nous la priorité au fait de sauver des vies plutôt qu'à la criminalisation?" a demandé Mme Byanyima. "Si nous le faisons, alors nous devons remettre la riposte au sida sur les rails."

Le rapport expose les conséquences dévastatrices qui suivront si des mesures urgentes ne sont pas prises pour lutter contre les inégalités qui alimentent la pandémie. Il montre qu'au rythme actuel, le nombre de nouvelles infections par an pourrait dépasser 1,2 million en 2025, année pour laquelle les États membres des Nations unies ont fixé un objectif de moins de 370 000 nouvelles infections par le VIH. Cela signifierait non seulement que nous ne respecterions pas l'objectif de réduction des nouvelles infections, mais que nous le multiplierions plutôt par plus de trois. En raison de la survenue de millions d'infections à VIH évitables chaque année, il est de plus en plus difficile et coûteux de garantir l'accès des personnes vivant avec le VIH aux traitements vitaux et d'atteindre les objectifs visant à mettre fin à la pandémie de sida d'ici 2030.

"Les chocs mondiaux, notamment la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine, ont davantage exacerbé les risques pour la riposte au VIH. Les remboursements de la dette des pays les plus pauvres du monde ont atteint 171 % de toutes les dépenses de santé, d'éducation et de protection sociale réunies, ce qui a pour effet de restreindre de manière drastique la capacité des pays à lutter contre le sida. Le financement national de la lutte contre le VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire a baissé pendant deux années consécutives. La guerre en Ukraine a entraîné une hausse spectaculaire des prix mondiaux des denrées alimentaires, aggravant l'insécurité alimentaire des personnes vivant avec le VIH à l'échelle mondiale, ce qui les rend beaucoup plus susceptibles de subir des interruptions dans leur traitement contre le VIH.

Au moment où la solidarité internationale et un afflux important de fonds sont plus que nécessaires, trop de pays à revenu élevé réduisent leur aide, et les ressources consacrées à la santé mondiale sont sérieusement menacées."

Le financement constitue de plus en plus une pierre d'achoppement importante

Comme le souligne Alan Whiteside dans son article intitulé La conférence 2022 de l'IAS 2022 à Montréal: Un aperçu personnel les fonds consacrés au VIH sont en baisse. En 2021, les ressources internationales disponibles pour le VIH étaient inférieures de 6 % à celles de 2010. L'aide publique au développement (APD) en faveur du VIH provenant de bailleurs de fonds bilatéraux autres que les États-Unis a chuté de 57 % au cours de la dernière décennie. La riposte au VIH dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR-PRI) affiche un déficit de 8 milliards de dollars par rapport au montant nécessaire d'ici 2025. Les règles du commerce mondial empêchent les PFR-PRI de produire les médicaments nécessaires pour mettre fin aux pandémies, y compris les nouveaux médicaments à action prolongée contre le VIH. Les prix sont encore trop élevés pour que ces pays puissent s'approvisionner à grande échelle.

"Au moment où le besoin de soutien international s'est fait le plus sentir, la solidarité mondiale est tombée dans l'impasse. Les dirigeants ne doivent pas confondre le grand feu rouge d'avertissement avec un panneau d'arrêt. Ce moment doit devenir celui du renforcement de l'aide internationale", a déclaré Mme Byanyima.

"Nous pouvons mettre fin au sida d'ici 2030 comme promis", a déclaré Mme Byanyima. "Mais ce qu'il faut, c'est du courage".

Si la bonne volonté existe tant au niveau national qu'international, il est encore possible pour les dirigeants de remettre la riposte sur les rails. Cela nécessite à la fois "une action nationale et une solidarité internationale". L'année dernière, les dirigeants ont convenu d'une feuille de route, exposée dans la Déclaration politique sur le VIH et le Sida , qui peut permettre de mettre fin au sida d'ici 2030 si les dirigeants sont prêts à respecter leurs obligations. Elle est à la fois réalisable et accessible - en effet, cela coûtera beaucoup moins cher de mettre fin au sida que de ne pas le faire. Selon le rapport, les actions nécessaires pour mettre fin au sida permettront également de mieux préparer le monde à se protéger contre les menaces de futures pandémies.

Le dispositif pour assurer la réussite repose sur des interventions qui ont fait leurs preuves. Il s'agit notamment de services communautaires centrés sur les personnes, du respect des droits humains de chacun, de la suppression des lois punitives et discriminatoires et de la lutte contre la stigmatisation, de l'autonomisation des filles et des femmes, de l'égalité d'accès aux traitements, y compris aux nouvelles technologies de la santé, et de services de santé, d'éducation et de protection sociale pour tous.

Au cours des deux dernières années, les crises multiples et imbriquées qui ont secoué le monde ont eu un impact dévastateur sur les personnes vivant avec le VIH et affectées par ce virus, et ont fait reculer la riposte mondiale à la pandémie de sida. Les nouvelles données révélées dans ce rapport sont effrayantes: les progrès ont faibli, les ressources ont diminué et les inégalités se sont creusées. L'insuffisance des investissements et des actions nous met tous en danger: nous risquons des millions de décès liés au sida et des millions de nouvelles infections par le VIH si nous continuons sur notre trajectoire actuelle.

Ensemble, les dirigeants mondiaux peuvent mettre fin au sida d'ici 2030, comme ils l'ont promis, mais nous devons être francs : cette promesse et la riposte au sida sont en danger. En raison de la faiblesse des progrès accomplis, environ 1,5 million de nouvelles infections à VIH ont eu lieu l'année dernière, soit plus d'un million de plus que les objectifs mondiaux. Dans un trop grand nombre de pays et pour un trop grand nombre de communautés, nous constatons aujourd'hui une augmentation du nombre de nouvelles infections par le VIH alors que nous nous serions attendus à un déclin rapide. Nous pouvons inverser la tendance, mais dans une telle situation d'urgence, le seul moyen sûr de faire face est d'être audacieux. Ce n'est qu'ensemble, à l'échelle mondiale, que nous pourrons triompher.

Des inégalités marquées au sein des pays et entre ces derniers, freinent les progrès de la riposte au VIH, et le VIH creuse davantage ces inégalités.

Toutes les deux minutes en 2021, une adolescente ou une jeune femme a été nouvellement infectée par le VIH. La pandémie de COVID-19 a entraîné des perturbations dans les principaux services de traitement et de prévention du VIH, la déscolarisation de millions de filles et des pics de grossesses chez les adolescentes, et de violence sexiste.

En 2021, la pandémie de SIDA a pris une vie toutes les minutes, avec 650 000 décès dus au SIDA malgré un traitement anti-VIH et des outils de prévention, de détection et de traitement des infections opportunistes efficaces.

Le nombre de personnes sous traitement contre le VIH a enregistré en 2021 une croissance plus lente que celle observée sur une période de plus de dix ans: tandis que les trois quarts de toutes les PVVIH ont accès à un traitement antirétroviral, environ 10 millions de personnes n'y ont pas accès. Seule la moitié (52%) des enfants vivant avec le VIH ont accès à des médicaments vitaux, et l'écart en matière de couverture du traitement du VIH entre les enfants et les adultes se creuse au lieu de se réduire.

Le rapport montre également que les efforts déployés pour que toutes les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) aient accès à un traitement antirétroviral vital piétinent.

Au cœur de la crise, toutefois, nous constatons également une forte résilience dans un large éventail de pays - et dans des poches au sein de nombreux autres pays. Ce constat est encore plus perceptible lorsque le niveau de financement requis de la part des gouvernements nationaux, du Plan d'urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le sida (PEPFAR) ou du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (le Fonds mondial) est associé à de solides réponses communautaires et à des recherches scientifiques de pointe. Ces exemples de réponse efficace à une pandémie ont permis de réaliser des progrès remarquables en matière de réduction des nouvelles infections par le VIH et d'amélioration de l'accès aux traitements. Ils prouvent que c'est tout à fait possible et nous guident dans ce que nous devons faire à l'échelle mondiale.

Mais ce rapport révèle également de trop nombreux cas où nous n'avançons pas assez vite pour mettre fin aux inégalités qui sont à l'origine des pandémies, ou avançons dans la mauvaise direction: des monopoles technologiques au lieu du partage de la technologie, l'austérité au lieu de l'investissement, la répression des communautés marginalisées au lieu de l'abrogation de lois obsolètes, et l'inhibition de la lutte au lieu de la promotion et de la mise en place d'une prestation de services inclusive et centrée sur la communauté.

Au moment où le besoin de soutien international s'est fait le plus sentir, la solidarité mondiale est tombée dans l'impasse. L'aide au développement pour le VIH provenant de bailleurs de fonds bilatéraux autres que les États-Unis d'Amérique a chuté de 57 % au cours de la dernière décennie. Les dirigeants ne doivent pas confondre le grand feu rouge d'avertissement avec un panneau d'arrêt.

Les données révélées dans ce rapport vont déranger et choquer - mais le rapport n'est pas un discours de désespoir. C'est un appel à l'action. Un échec serait fatal, mais il n'est pas inévitable. Cela coûtera beaucoup moins cher de mettre fin au sida que de ne pas le faire. Il est important de noter que les actions nécessaires pour mettre fin au sida permettront également de mieux préparer le monde à se protéger contre les menaces de futures pandémies.

Ce que nous devons faire n'est pas un mystère. Nous le savons grâce à ce que nous avons vu réussir à maintes reprises dans des contextes différents : une science partagée, des services solides et une solidarité sociale. C'est l'engagement pris lors de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies sur le VIH/sida en juin de l'année dernière : mettre fin à la pandémie de sida en mettant fin aux inégalités qui la perpétuent.

Nous pouvons mettre fin au sida d'ici 2030. Mais la tendance ne s'inversera pas d'elle-même. Nous devrons y travailler.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.