Afrique: TICAD8 - La sécurité et le terrorisme en Afrique représentent une " question centrale " ( Kais Saïed)

Tunis — Le président de la République Kais Saïed a affirmé, dimanche, que la sécurité et le terrorisme en Afrique répresentent une " question centrale " qui doit être étudiée en profondeur afin d'en tirer les causes et les facteurs internes et externes derrière sa propagation dans le Continent et dans beaucoup d'autres pays.

S'exprimant à l'occasion des travaux de la Huitième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD 8), Saïed s'est interrogé sur les causes de la propagation du phénomène du terrorisme depuis plus de deux décennies ainsi que sur les parties qui sont derrières.

Il a noté que les réponses à ces différentes questions varient selon les approches adoptées, estimant que certaines d'entre elles ne sont pas " convaincantes du tout ".

Le terrorisme est financé par des parties extérieures qui ont pour objectif de déstabiliser la sécurité dans la région et de propager davantage la pauvreté et la misère auxquelles fait face l'Afrique, a-t-il fait savoir.

Le chef d'Etat a abordé, dans le même contexte, la question de " l'absence de l'Etat " dans certaines régions du continent qui n'ont pas réussi après 6 décennies de leur indépendance, à garantir l'implication souhaitée de leurs peuples dans les activités économiques, sociales et politiques, ce qui a causé, a-t-il précisé, une rupture entre l'Etat et le citoyen.

Il a estimé que le rôle du citoyen dans certains pays africains ne dépasse pas le fait " de voter le jour du scrutin " avant de se retrouver écarté de l'action politique.

Il a remarqué, dans le même cadre, que l'idée de " l'institutionnalisation " n'est pas très claire dans certains pays, d'où la présence de groupes séparatistes et de division au sein d'un même pays.

" Ces problèmes en plus de l'absence de la démocratie, de l'égalité sociale, du sentiment d'appartenance et des droits de l'Homme mènent forcément à la propagation des phénomènes du terrorisme et de l'instabilité ", a-t-il ajouté.

"Comment se fait qu'un continent aussi riche que l'Afrique se trouve obligé d'importer les céréales de la Russie et l'Ukraine alors que certains pays du continent peuvent fournir les quantités nécessaires à tous les pays africains et arabes ", a-t-il regretté, estimant que les richesses du continent sont gaspillées.

Saied a, de ce fait, souligné l'importance d'avoir de l'audace, du courage et du réalisme afin de faire face à toutes ces problématiques et de trouver les réponses à ces questionnements.

Il a fait savoir que les rencontres avec les amis et les partenaires et l'élaboration de partenariats à pied d'égalité sont le seul moyen pour faire améliorer la situation à travers une nouvelle approche moderne.

"Les Nations Unies sont appelées à être des nations réellement unies dans tous les secteurs, notamment la santé, l'éducation et les services publics ", a-t-il dit.

Rappelons que la Tunisie abrite les 27 et 28 aout la Huitième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD 8) en présence de plus de 20 chefs d'Etat et de gouvernement, en plus de ministre présidents d'organisations internationale et régionale et hommes d'affaires.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.