Tunisie: Le 34e Festival international des ARTs plastiques de Mahres démarre avec un retard d'un mois

Sfax — Les difficultés financières ont pesé sur le déroulement de la 34ème édition du Festival international des arts plastiques de Mahres, près de Sfax, démarré avec un retard d'un mois.

Cette édition 2022 initialement programmée pour une durée de 11 jours aura finalement lieu pour une semaine, du 1er au 7 septembre.

La tenue du festival a dû être reportée en raison des difficultés financières dont le retard de l'aide publique. Dans une déclaration au correspondant de TAP à Sfax, les organisateurs déplorent la diminution des subventions attribuées par le ministère des Affaires Culturelles.

Le soutien du secteur privé était également parmi les causes évoquées surtout que le festival était habituellement parrainé par une institution pétrolière installée dans la région.

La participation étrangère à ce festival qui invite des plasticiens professionnels et émergents, se limite aux artistes résidant en Tunisie. Le festival enregistre la participation d'un nombre limité d'artistes-plasticiens, 30 dont des tunisiens et des étrangers. Il accueille des artistes issus des pays suivants : la Lybie, l'Algérie, la Côte d'Ivoire, Taiwan, la Grèce, l'Italie et le Royaume-Uni.

L'exposition inaugurale offre à voir une sélection d'œuvres des artistes participants alors que dans l'exposition de clôture seront présentées les œuvres réalisées dans le cadre du festival.

L'édition 2022 du Festival international des arts plastiques de Mahres qu'abrite annuellement la ville de Mahrès, est placée sous le thème "Mahrès: ville des arts et de l'environnement". Les ateliers et les rencontres-débats sont au coeur de ce rendez-vous artistique dont le thème choisi coïncide avec les préoccupations des populations locales.

Le directeur artistique du festival, Ismail Haba, a rappelé une période difficile (2021) durant laquelle la région de Mahres était confrontée à une question d'ordre écologique.

Le ministère de l'Environnement avait planifié de réaliser un projet de valorisation des déchets à travers la transformation d'un terrain (la ferme Zarrouk) en une décharge ou un centre de tri et de recyclage. Ce projet a été finalement interrompu, grâce à la mobilisation de la société civile dans cette région côtière et touristique.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.