Angola: Élections 2022 - La Cour constitutionnelle rejette le recours de CASA-CE

Luanda — La Cour constitutionnelle a rejeté le recours contentieux de CASA-CE contre les résultats des élections générales du 24 août, en Angola, pour non-respect des procédures légales.

La Cour constitutionnelle, qui fait également office de tribunal électoral, déclare que CASA-CE (Convergence large pour le salut de l'Angola - Coalition électorale) a déposé son recours contre les résultats des élections générales, le 1er septembre.

La coalition dirigée par Manuel Fernandes a affirmé que les résultats définitifs publiés par la Commission électorale nationale (CNE) ne correspondaient pas à ceux de son décompte parallèle.

Il a cité des désaccords dans les votes obtenus dans les provinces de Huambo, Cuanza-Norte et Benguela, où le décompte de la CNE lui aurait donné moins de voix que ce qui lui était dû.

Par conséquent, CASA-CE a demandé à la Cour d'ordonner le recomptage des voix sur la base des procès-verbaux préexistants pour assurer l'élection de ces députés à l'Assemblée nationale.

Dans ses conclusions, la Cour constitutionnelle explique qu'elle a rejeté le recours car CASA-CE n'avait pas porté plainte auprès de la CNE.

La Cour constitutionnelle précise qu'en vertu des dispositions combinées de la Constitution, de la loi électorale et de la loi sur la procédure constitutionnelle, une plainte préalable auprès de la CNE, en tant qu'entité chargée d'organiser et de conduire le processus électoral au niveau national, est requise pour le contentieux électoral ait lieu.

Le tribunal a également déclaré qu'il avait conclu que même si CASA-CE s'était conformée à cette exigence légale, sa demande serait sans fondement car elle n'a présenté de preuves que pour Cuanza Norte, où 849 votes avaient été comptés, selon les rapports de synthèse.

Selon les résultats officiels compilés par la CNE, CASA-CE a obtenu 0,76% des voix (47 446) sans aucun député élu, perdant au profit du Parti de la rénovation sociale (PRS) sa position de troisième force politique du pays obtenue lors des élections de 2012.

Le parti UNITA d'Adalberto Costa Júnior a également fait appel à la Cour constitutionnelle contestant les résultats annoncés par la Commission électorale nationale qui accorde la victoire au MPLA et à son candidat à la présidence, João Lourenço, avec 51,17 % des voix.

La Cour constitutionnelle a promis de présenter ce jeudi ses conclusions sur le recours contentieux déposé par l'UNITA, mettant fin à la phase de plaintes sur les résultats électoraux.

Avec un taux d'abstention de 55,18 % et le plus élevé de l'histoire du pays, le scrutin du 24 août a réuni 6.454.000 (44,82 %) des plus de 14 millions d'électeurs inscrits.

Selon les résultats électoraux définitifs publiés par la Commission électorale nationale (CNE), le MPLA a obtenu 3.209.429 voix, remportant 124 sièges à l'Assemblée nationale, tandis que l'UNITA a remporté 2.756.786 voix et 90 députés.

En troisième position, le PRS de Benedito Daniel a obtenu 71 351 voix (1,14 %) et deux députés.

Viennent ensuite le Front de libération nationale de l'Angola (FNLA), dirigé par Nimi a Nsimbi, et le Parti humaniste d'Angola (PHA), de Florbela Catarina Malaquias, qui ont remporté deux sièges chacun.

Sans obtenir de sièges au parlement, l'Alliance patriotique nationale (APN), de Quintino Moreira, le Parti nationaliste pour la justice en Angola (P-NJANGO), d'Eduardo " Dinho " Chingunji, et la coalition CASA-CE, dirigée par Manuel Fernandes.

Il s'agissait des cinquièmes élections générales en Angola, après celles tenues en 1992, 2008, 2012 et 2017. Ces quatre éditions précédentes ont été remportées par le MPLA.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.