Mozambique: L'assaut contre la mission Chipene fait partie d'une offensive terroriste plus large

Maputo — L'attaque de la mission de Chipene au cours de laquelle Sœur Maria De Coppi a été tuée (voir Fides 7/9/2022) n'est pas un événement isolé, mais s'inscrit dans une progression d'attaques menées par des insurgés (probablement liés à la province autoproclamée de l'État islamique au Mozambique) qui ont commencé à la fin du mois d'août, dans les deux provinces du nord du Mozambique.

La campagne terroriste dans le district sud de la province de Cabo Delgado et le district nord de la province de Nampula a commencé le 29 août. Entre cette date et le 7 septembre, quatre agressions ont été enregistrées à Ancuabe et Chure (Cabo Delgado) et quatre dans les districts de Memba (dont fait partie la mission Chipene) et Erati (Nampula). Les attaquants ont pris pour cible des civils sans défense qui travaillaient dans leurs champs, les décapitant, avec l'intention manifeste de semer la terreur parmi les habitants.

Objectif atteint, car comme l'a rapporté à l'Agence Fides Son Excellence Mgr Inacio Saure, archevêque de Nampula, "la population est désorientée et en grande souffrance car elle vit dans l'incertitude et ne sait pas quoi faire, beaucoup fuient mais ne savent pas où aller" (voir Fides 8/9/2022).

L'objectif des djihadistes semble être de soulager la pression exercée par les forces mozambicaines et leurs alliés (principalement les militaires envoyés par le Rwanda) dans les districts du nord de Cabo Delgado ; en étendant la zone de conflit, les insurgés espèrent forcer l'armée régulière à disperser ses forces.

Les autorités mozambicaines semblent actuellement préférer défendre les districts de Palma et de Mocimboa da Praia, où sont concentrés les champs de gaz et de pétrole du pays. Ce n'est pas une coïncidence si l'Union européenne (qui considère le Mozambique comme un futur fournisseur important d'hydrocarbures) a annoncé une nouvelle aide militaire au pays.

Abandonner les autres districts du nord du Mozambique aux insurgés risque cependant de faire basculer au moins une partie de la population du côté des insurgés djihadistes, avec de graves conséquences pour la stabilité de toute la région.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.