Algérie: Projet d'aménagement d'Oued El Harrach - Les industriels appelés à réaliser les systèmes de prétraitement des eaux

Alger — La ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Samia Moualfi a appelé, lundi à Alger, les opérateurs économiques installés sur les deux rives d'Oued El Harrach à la réalisation d'un système de prétraitement des eaux en vue de faire réussir le projet d'aménagement et d'assainissement de ce Oued. Mme Moualfi qui coprésidait avec le ministre de l'Industrie, Ahmed Zaghdar, l'ouverture des travaux d'une journée d'études et de sensibilisation au profit des entreprises industrielles installées sur les rives de oued El Harrach a "mis en avant le rôle des opérateurs économiques dans le traitement des eaux industrielles en vue de faire réussir le projet d'assainissement et d'aménagement de ce Oued tout en l'érigeant en espace de loisir pour les citoyens".

Elle a également souligné l'importance de garantir la qualité des eaux industrielles rejetées conformément au règlement en vigueur. "Ces eaux seront acheminées ensuite au niveau de la station de traitement et d'épuration de Baraki, conçue pour le traitement des eaux usées urbaines", a-t-elle expliqué, ajoutant qu'en cas de pollution, ces eaux rejetées pourraient nuire à la qualité et la capacité d'épuration de cette structure.

Des investissements colossaux seront mobilisés à la réalisation et l'élargissement de la station de traitement et d'épuration de Baraki de l'ordre de 12 mds DA, a-t-elle fait savoir.

Pour mettre un terme à ce type de pollution, Mme Moualfi a affirmé que son département ministériel vise à obtenir "un engagement" des entreprises industrielles en vue d'améliorer leur situation dans le respect des protocoles de protection contre la pollution. Pour ce faire, Elle a proposé "la mise en place des mécanismes de coopération pour le suivi et le contrôle et en vue d'atteindre l'efficacité environnementale".

Pour sa part, le ministre de l'Industrie a insisté sur l'impératif de préserver " les investissements de grande envergure", notamment ceux ayant été consacrés à la réalisation et à l'extension de la station de traitement des eaux usées (STEP) de Baraki.

Dans ce cadre, le ministre a assuré de la disposition des directeurs généraux du ministère à accompagner les industriels, sur la base des expériences réussies réalisées par certaines entreprises activant au niveau du cours d'eau de l'oued El Harrach.

M. Zeghdar a également indiqué que le ministère de l'Industrie intervient en termes d'accompagnement des industriels à parvenir à habiliter les équipements et l'accompagnement environnemental.

De plus, le ministre a fait savoir que son secteur a effectué une opération de recensement minutieux des entreprises économiques qui activent sur les rives de l'Oued et dont le nombre est estimé à 533 structures classées, impliquant 24 entreprises productrices relevant du secteur de l'Industrie, dont deux entreprises ont entamé l'opération d'installation des dispositifs de prétraitement.

Selon M. Zeghdar, la plupart des entreprises contrevenantes ont été destinataires de mises en demeure à la suite de la réalisation de vingt (20) sorties sur le terrain dans le cadre du travail des commissions exécutoires placées sous l'autorité des walis.

Le ministre a également indiqué que des ordres ont été donnés à tous les exploitants des structures industrielles activant dans toutes les wilayas, dont Alger et Blida, en vue de régulariser leur situation vis-à-vis des nouvelles dispositions prévues par le règlement appliqué sur les structures, en vue de protéger l'environnement.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.