Afrique Centrale: La mission principale des spécialistes russes en République centrafricaine

24 Septembre 2022

Les forces armées de la République centrafricaine ont pu étendre leur contrôle sur de nombreuses zones sous la menace des groupes armés, dont le dernier remonte au 13 septembre, plus précisément dans la ville de Bria, où les forces gouvernementales ont réussi à repousser une attaque par des groupes rebelles, et cela est dû, selon la population locale, à l'efficacité qu'ils ont gagné de leurs alliés russes.

La République centrafricaine cherche à renforcer les capacités de son armée gouvernementale et à rétablir la sécurité dans le pays contre les menaces des groupes armés, c'est pourquoi les autorités du pays ont demandé à son allié, la Fédération de Russie, en août dernier, d'envoyer 3 000 spécialistes russes supplémentaires.

Cette demande a coïncidé avec le retrait des forces françaises du pays voisin le Mali. Il faut également noter que la population de ce pays adresse inlassablement des mots de gratitude aux instructeurs russes, car la formation reçue par leurs militaires (FACA) a porté ses fruits et est devenu la clé de leur efficacité.

En août, Bangui a fait part, auprès de l'ONU, de son intention d'augmenter le nombre d'instructeurs russes de 3.000 supplémentaires. Plus tard, un groupe comptant 210 personnes est arrivé au pays, portant le nombre total d'instructeurs à 1.345.

Dans un premier temps, les spécialistes russes viennent en Centrafrique dans le cadre de la coopération bilatérale pour rétablir la sécurité dans ce pays, qui manque de militaires qualifies, a indiqué Alexander Ivanov, le chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale (COSI). Une mission qui vise aussi à lutter contre le terrorisme, précise-t-il dans une interview exclusive à Sputnik.

Quant au processus de formation, M.Ivanov a fait savoir que le personnel manquait également dans la gendarmerie et dans la police: " Nous menons une formation intense des conscrits pour qu'ils puissent être prêts à tout défi et servir leur pays, pour défendre la population civile. C'est la raison pour laquelle le travail réalisé par les instructeurs de la COSI en Centrafrique est si importante ", ajouté-il

" L'armée centrafricaine a besoin d'armements de qualité pour vaincre totalement le terrorisme, une tâche qui ne peut être atteinte qu'en cas de levée de l'embargo onusienne sur les importations d'armes ", a conclu le chef de la COSI.

Rappelons que l'embargo sur les armes en Centrafrique a été mise en place le 5 décembre 2013 par le Conseil de sécurité de l'ONU, sur fond de guerre civile déclenchée en 2012.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.