Afrique: Conflit russo-ukrainien - Madagascar maintient sa position

Durant son discours à la tribune des Nations-Unies le 21 septembre dernier, le président Andry Rajoelina a lancé un appel au dialogue à l’endroit des différents protagonistes.

Selon une source proche du pouvoir, la Grande île continuera d'entretenir cette diplomatie de la neutralité malgré les pressions.

Madagascar campe sur sa position concernant la guerre entre la Russie et l'Ukraine. En effet, malgré les pressions venues de toute part, les autorités Malagasy refusent de céder et adoptent la neutralité, comme la grande majorité des pays africains et des pays en voie de développement d'ailleurs. Une position qui, selon certains observateurs, risquerait de se retourner contre le régime actuel. Mais pour l'heure, Madagascar fait savoir qu'il s'agit d'une " position assumée ".

Durant son discours à la tribune des Nations-Unies le 21 septembre dernier, le président Andry Rajoelina a lancé un appel au dialogue à l'endroit des différents protagonistes. " Nous sommes convaincus que toute guerre se termine autour d'une table. Le dialogue est la seule voie pour instaurer la paix. C'est ainsi que Madagascar réitère son appel au dialogue pour résoudre ce conflit, car les conséquences sont planétaires, elles s'alourdissent de jour en jour et les pays en développement comme le nôtre en sont les principales victimes ", a-t-il déclaré.

Guerre froide. Alors que la Russie, à travers son Ambassadeur continue de faire un clin d'œil à l'endroit des tenants du pouvoir, et en face, les pays occidentaux œuvrent et manœuvrent sur le plan diplomatique pour nous inciter à rejoindre leur coalition, Madagascar continue de maintenir sa position, du moins pour le moment. Au lieu de soutenir telle ou telle partie, Andry Rajoelina choisi d'appeler l'Organisation des Nations-Unies à " favoriser le multilatéralisme pour parvenir à des solutions équitables, tenant compte des forces et des vulnérabilités de chaque pays et de sa population ".

Apparemment, Madagascar soutient la position du président du Sénégal et non moins président de l'Union Africaine, Macky Sall qui lui, défend le droit des pays africains de choisir librement leurs partenaires. Lors de l'ouverture du débat général de la 77ème Assemblée générale des Nations-Unies, ce dernier a appelé à la mise en place d'une structure de médiation à laquelle l'Afrique qui essuie les pressions des deux parties en conflit, prendra une part active.

" Je suis venu porter le message d'un Continent déterminé à travailler avec tous les partenaires dans une éthique de relations de confiance et de respect mutuel. Je suis venu dire que l'Afrique a suffisamment souffert du poids de l'histoire. Elle ne veut pas être le fardeau d'une guerre froide mais plutôt un pôle de stabilité et d'opportunité ouvert à tous ses partenaires sur une base mutuellement bénéfique ", a déclaré le président Macky Sall.

Non-alignement. Pour sa part, Madagascar décide de travailler avec tous les pays partenaires, en l'occurrence le Brésil, la Chine, l'Inde, les Etats-Unis, la Russie et la France. Selon une source proche du pouvoir, les autorités Malagasy continueront de camper sur cette diplomatie de la neutralité malgré les pressions. Comme tous les autres pays du monde, la Grande île fait face aussi aux conséquences dévastatrices de la guerre en Ukraine sur l'économie, engendrant une grande inflation difficilement maitrisable.

La Grande île n'aura les moyens ni financiers ni militaires suffisants pour se battre ni même de se défendre en cas de guerre. En quelque sorte donc, même si pour l'heure, aucun responsable ne l'a annoncé officiellement, le pays choisit de respecter son statut en tant que pays non-aligné. Toutefois, la question est de savoir si ce non-alignement n'aura aucune répercussion sur les relations avec nos partenaires techniques et financiers, mais aussi sur l'avenir politique du régime Rajoelina à l'approche de la Présidentielle de 2023.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.