Burkina Faso: Incertitude quant à un éventuel coup d'État - "Les tirs ont commencé à quatre heures et demie ce matin"

Ouagadougou — " Nous attendons de savoir ce qui se passe, mais il semble qu'une tentative de coup d'État soit en cours ", expliquent à l'Agence Fides des sources ecclésiastiques depuis Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, où depuis ce matin la population se réveille au son de coups de feu.

"Les tirs autour du palais présidentiel ont commencé à quatre heures et demie ce matin et se sont intensifiés après cinq heures", rapportent nos sources. "Aucun coup de feu ne peut être entendu maintenant, mais les rues autour du palais présidentiel sont bloquées par des points de contrôle de l'armée. La télévision nationale n'émet pas, mais les médias indépendants sont actifs et rapportent qu'une tentative de coup d'État est en cours. On ne sait toujours pas si elle a réussi ou non. Nous attendons les développements ", concluent les sources de Fides.

Le 24 janvier, un coup d'État a porté au pouvoir une junte militaire dirigée par le colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Cette prise de pouvoir a été largement célébrée par la population déçue par le gouvernement civil de l'ancien président Roch Kabore, qui n'avait pas été en mesure de contenir les militants islamistes qui avaient tué des milliers de civils ces dernières années et pris le contrôle d'une grande partie du nord et de l'est du pays.

Dans sa première déclaration après le coup d'État, Damiba a promis de rétablir la sécurité.

Mais les attaques djihadistes ont au contraire empiré et plusieurs villes et villages du nord du pays sont assiégés par des groupes armés. Les habitants piégés reçoivent de la nourriture et des produits de première nécessité par le biais de convois gouvernementaux et de largages aériens. Les partisans de Damiba frustrés par le manque de progrès

Cette semaine, un groupe armé a tué 11 soldats lors d'une attaque contre un convoi de 150 véhicules transportant des fournitures vers la ville de Djibo, dans le nord du Burkina Faso. Cinquante civils sont portés disparus.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.