Guinée: CAN 2025 - Après le retrait de la Guinée, la course à l'organisation est ouverte

Au cours d'une conférence de presse donnée à Alger, samedi 1er octobre, Patrice Motsepe, le président de la CAF, a annoncé qu'il ne voulait qu'" aucun pays " ne soit " favorisé " dans l'attribution de l'organisation de la CAN 2025, au lendemain du retrait de la Guinée. Il y aurait une dizaine de candidats potentiels.

Dans la soirée du vendredi 30 septembre, la Confédération africaine de football (CAF) a officialisée une nouvelle à laquelle nombre d'observateurs du ballon rond en Afrique s'attendaient : l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations 2025 est retirée à la Guinée, bien trop en retard dans le cahier des charges d'un tel événement. Patrice Motsepe était à Conakry, pour s'entretenir avec les autorités guinéennes, quelques heures avant cette officialisation.

Samedi, le président de la CAF s'est rendu à Alger, en Algérie, et s'est exprimé face aux micros, en marge du tirage au sort du CHAN 2023. Il a répété que l'État guinéen n'était pas en mesure d'accueillir, dans de bonnes conditions, le tournoi continental pour la première fois de son histoire. " La Guinée n'était pas prête ", a insisté le Sud-Africain.

Reste désormais à savoir quel pays organisera la 35e CAN, après le Cameroun (janvier-février 2022) et la Côte d'Ivoire (début 2024). Les rumeurs vont bon train. " Dix pays ont déjà l'ambition de déposer une candidature à la CAN 2025 ", a déclaré Patrice Motsepe, un brin évasif. Mais le président de la CAF a tenu à mettre les points sur les i.

" Je peux vous assurer qu'il n'y a aucun pays en Afrique qui va être favorisé ou qui pourra faire pression à propos d'un autre pays. Cela ne se produira pas ", a martelé le dirigeant, désireux de " bâtir un processus consistant à être justes, équitables et à traiter tout le monde sur un pied d'égalité ". Patrice Motsepe veut " donner leur chance à tous les pays ".

Le Maghreb y songe, le Sénégal encouragé à se lancer

Le Maroc, qui n'a plus organisé la CAN depuis l'édition de 1988, fait office de prétendant très sérieux. Un responsable de la fédération a fait savoir, samedi 1er octobre, que son pays " envisage " une candidature. Depuis 2004 et l'édition en Tunisie, le Maghreb n'a plus accueilli la CAN.

Interrogé sur une éventuelle candidature algérienne (le pays avait organisé l'édition de 1990), Patrice Motsepe a assuré " prendre très au sérieux ce que la population en Algérie pense de la CAF, tout comme ce que pense chacun des pays africains de nous ".

Quant au Sénégal, vainqueur de la dernière CAN au Cameroun, le président de la CAF a rappelé qu'il avait organisé " avec un grand succès " l'édition de 1992. " J'encourage le Sénégal en partenariat avec d'autres pays et j'encourage chacun des 54 pays " membres de la CAF, a-t-il ajouté.

Patrice Motsepe se veut toutefois clair sur le niveau d'exigence requis pour organiser une CAN : " Nous n'allons pas choisir un pays qui ne soit pas à un niveau adéquat pour remplir nos standards de qualité. "

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.