Cameroun: Les enseignants du secondaire entrent en grève illimitée

Salle de classe

Regroupés sous la bannière conjointe du mouvement " On a trop supporté " (OTS), du collectif " On a trop attendu " (OTA) et du Syndicat des enseignants du Cameroun pour l'Afrique (SECA), les enseignants du secondaire entament ce lundi une grève illimitée.

Les enseignants du secondaire dénoncent l'inertie et les promesses non-tenues du gouvernement. Ils réclament notamment le paiement de leurs salaires, après plusieurs années de retard. Les problèmes des enseignants du secondaire sont de deux ordres, explique Olen Jeudong, enseignant dans la région de l'Adamaoua et membre du SECA.

Le premier concerne " la dette due aux enseignants formée par le retard accumulé par rapport au paiement des salaires ". Depuis plusieurs années, précise-t-il, " les enseignants ne sont pas directement payés dès qu'ils commencent à travailler, ce qui fait qu'avec le temps, il y a une dette qui se forme et qui est par la suite reversée sous forme de rappels. Sauf que parfois, le temps de l'attente est trop long et on peut se retrouver à 5 ans, voire 10 ans. "

L'autre problème est d'ordre structurel, ajoute Olen Jeudong. " Il y a un texte qui est rédigé et signé depuis l'an 2000 et qui attend juste un décret d'application pour entrer en vigueur. Or, ce texte-là, qui défend le statut particulier des enseignants, renferme beaucoup d'avantages, dont nous ne jouissons pas et cela nous empêche de vivre de façon décente et de travailler dans de bonnes conditions. "

Le mouvement OTS, le collectif OTA et le SECA appellent également les enseignants du secondaire à ne participer à aucun événement festif relatif à la Journée mondiale de l'enseignant, mercredi 5 octobre. Cette colère dure depuis plusieurs mois. En février déjà, le mouvement " On a trop supporté " avait lancé l'opération " craie morte " pour attirer l'attention des autorités sur la situation des enseignants.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.