Madagascar: Faute de grive on se contente de merle...

Un hélicoptère Airbus H130 " dernier cri " sera à la disposition de l'armée de l'air d'ici deux mois, un joli cadeau de noël venu du ciel pour nos aviateurs. Il faut dire qu'ils ont en bien besoin après le camouflet qu'ils ont essuyé il n'y a pas si longtemps. Tout le monde a encore en mémoire l'humiliant article du Monde, traitant le pays de mauvais payeur. Le fournisseur ayant confisqué l'aéronef CASA 235 en Afrique du sud pour défaut de paiement.

Mais faute de grive dit-on, on se contente de merle. Le CASA 235, quand même, est en effet autre chose, sa fiche technique dit qu'il peut transporter 44 passagers, qu'il a une capacité de largage de parachutistes " pouvant sauter par les deux portes latérales arrière ou par la rampe ", en plus en version mission il peut accueillir jusqu'à 12 brancards, il peut en outre assurer des missions de recherche en mer ou de surveillance maritime. Enfin, il peut servir de transport de VIP, avec des sièges de type avion de ligne à la place des banquettes latérales ce qui est utile pour nos personnalités qui partent volontairement en permanence en mission. Mais d'abord c'est un vrai avion de guerre.

A la place l'Airbus H130 est selon les spécialistes de l'aéronautique est destiné au marché civil (aviation d'affaires)destiné particulièrement aux clients dits parapublics, et est approprié aux missions d'évacuations sanitaires, de lutte contre les feux de forêts au moyen " d'un bambi bucket " mais difficilement concevable en transport de troupe même si on le transforme en version militaire.

" Le dernier cri " est à relativisé puisque sa première livraison commerciale remonte il y une dizaine d'années. Quant à son prix catalogue il est de l'ordre de 2 millions de dollars ce qui est à la portée du budget de notre armée. Oui, on a suivi le précepte de notre proverbe " Valala tsy an-tanana tsyatolo-jaza ", on ne promet pas à un enfant ce que l'on ne peut encore acquérir.

Mais on peut se demander pourquoi un tel type d'appareil et pourquoi maintenant. Un élément de réponse qui vaut ce qu'il vaut peut être avancé : Les élections approchent, on le sait, et l'importance du rôle des hélicoptères pour sillonner le pays , on sait que les bulletins doivent être acheminés et récoltés rapidement surtout dans les zones enclavées. Mais comme disent les britanniques : " Honni soit qui mal y pense "

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.