Afrique: Edito-CAN 25, procès du 28 septembre - Curieux télescopage de l'actualité au scénario contrarié (Mognouma)

Curieux télescopage de l'actualité. l'ouverture tant attendue du procès des massacres du 28 septembre 2008 et la décision de la CAF de retirer à la Guinée l'organisation de la CAN 2025, sont les faits majeurs de la semaine, qui ont même pu résister à la célébration sur fond d'impréparation et de fiasco organisationnel de la fête de l'indépendance de la Guinée.

Cette annonce quelque peu attendue, faite en milieu de semaine par le Président de l'institution lui-même, en marge de son séjour en Guinée, était une douche froide pour l'homme du palais Mohamed 05 . Lui qui avait élevé au rang de priorité nationale la fameuse organisation de cette biennale continentale du football.

C'était d'ailleurs une obsession qui visait sans doute à laisser des traces et à ainsi le faire rentrer dans l'histoire.

Le colonel Mamadi Doumbouya ne devrait pas à cet effet tolérer ses cadres et démarcheurs engagés par ceux-ci , en vue d'inverser la tendance. Tous autant qu'ils sont, ont consciemment fait nourrir des illusions au chef de l'Etat pour des raisons de prestige personnel ou d'intérêt pécuniaire à cause des ressources colossales qu'un projet de cette trempe pourrait brasser.

Si ce défi a fini en bérézina, il n'en sera pas de même pour cette autre obsession du colonel Mamadi Doumbouya. Celle d'organiser le procès du 28 septembre.

Gavés de promesses captieuses avec des agendas sans cesse reportés, les Guinéens s'étaient convaincus de ne pas voir ce procès se tenir dans le pays. Son ouverture le mercredi 28 septembre, précédée d'une cérémonie protocolaire, devrait rester dans les mémoires. Elle l'est allégrement aussi bien de par sa nature, procès pour des crimes de masse, une première en terre africaine , que de par la qualité de ses clients, plutôt des accusés .

Qui l'eut cru ! Dadis Camara qui a fait boire le calice à certains cadres jusqu'à la lié et à leur couvrir de honte avec ses shows télévisés, devrait être dans un rôle similaire, cette fois plus difficile dans un feuilleton au scenario contrarié. Car Il sera lui dans le box dont l'issue devrait être déterminante pour sa vie.

La roue a tourné pour lui. Elle l'a été aussi le 05 septembre pour cette autre cohorte de dignitaires qui trotte aujourd'hui dans la prison centrale.

Le discours qui a toujours prévalu, avant et maintenant, commun à tous, c'est de dire que la justice doit faire sa mue.

L'occasion pour les dignitaires actuels de saisir l'opportunité pour ne pas se plaindre de ce dont leurs prédécesseurs sont victimes et dont ils ont eu cure quand c'était dans l'ordre du possible pour eux.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.