Tchad: La transition prolongée de deux ans

Le Président du Conseil militaire de transition, Président de la République, Chef de l’Etat, Général de Corps d’Armée du Tchad MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO

Le Tchad a prolongé, le 1er octobre, de deux ans maximum sa période de transition vers des élections, en maintenant à la tête de l'Etat le chef de la junte militaire, Mahamat Idriss Déby Itno, qui sera autorisé à briguer la présidence.

Les délégués réunis dans le cadre d'un " dialogue de réconciliation nationale " ont adopté les mesures par " consensus ", Mahamat Idriss Déby Itno devenant " le président de transition ".

" Il y aura un débat lundi, on attend la fin du dialogue national inclusif pour donner la position du gouvernement, mais pas maintenant pour éviter de créer la polémique pour rien ", a déclaré Abderaman Koulamallah, porte-parole du gouvernement.

Rappelons que le dialogue national inclusif et souverain a été lancé difficilement le 20 août dernier, seize mois après que Mahamat Idriss Déby Itno a été proclamé président de la République au lendemain de la mort de son père, Idriss Déby Itno.

A la tête d'un Conseil militaire de transition de quinze généraux, il avait abrogé la Constitution, dissout le parlement et limogé le gouvernement. Mais il avait aussitôt promis de rendre le pouvoir aux civils par des élections " libres et démocratiques " après une " transition " de dix-huit mois renouvelable une fois, censée se terminer le 20 octobre. Il s'était également engagé auprès des Tchadiens et de la communauté internationale à ne pas se présenter à la future élection présidentielle.

La communauté internationale avait, toutefois, demandé à Mahamat Déby de ne pas prolonger la transition au-delà de dix-huit mois pour rendre le pouvoir aux civils et de ne pas se présenter à la présidentielle ensuite.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.