Congo-Kinshasa: Sud-Kivu - Un militaire brulé vif par la population à Kamanyola

Un soldat congolais est mort brulé vif, dans la nuit de dimanche 2 octobre, par la population en colère à Kamanyola, territoire de Walundu (Sud-Kivu).

La situation sociale est restée tendue dans cette partie du pays, où des coups de feu ont été entendus durant toute la nuit.

Selon la société civile locale, des barricades sont érigées sur la route menant vers les escarpements de Ngomo et vers la frontière congolo-rwandaise de Kamanyola.

Cette manifestation publique fait suite à un cas de vol survenu cette nuit chez un jeune homme dans un quartier de ce groupement.

La victime a été blessée par balles tirées à bout portant après avoir été dépouillée d'une somme importante d'argent et d'autres biens de valeur.

La population de Kamanyola indexe les militaires des FARDC nouvellement affectés dans cette zone d'être des présumés auteurs de ce cas de vol.

L'un des bourreaux, tombé dans un ravin pendant la fuite, a été récupéré par les manifestants avant d'être brulé vif.

Ses deux autres complices se seraient retirés dans le camp militaire, en tirant des balles réelles pour se camoufler.

Pour l'instant, la circulation est bloquée sur la route nationale entre Uvira et Bukavu à la hauteur de Kamanyola.

Un conseil local de sécurité a été convoqué pour tenter d'apaiser la situation, qui reste très tendue.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.