Afrique Centrale: 2ème Conférence sous Régionale sur les Droits des Femmes vivant avec Handicap en Afrique centrale - Le FOPHAC demande le soutien de Felix-Antoine Tshisekedi

La ville de Kinshasa abritera, au mois de novembre 2022, la 2ème Conférence sous Régionale sur les Droits des Femmes vivant avec Handicap en Afrique centrale. C'est le Directeur exécutif du Forum des organisations des personnes vivant avec handicap en Afrique centrale et dans les pays des Grands Lacs (FOPHAC), Me Pindu Patrick qui l'a confirmé, le vendredi 30 septembre 2022, au cours d'une rencontre d'échange avec les professionnels des médias.

A cette occasion, il a invité le Président de la République, et président en exercice de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale), Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, de soutenir cette grande activité qui va réunir les femmes vivant avec handicap de l'Afrique centrale. Question de marquer son mandat à la tête de cette organisation sous régionale, à travers le parrainage de la deuxième Conférence sous régionale sur les droits des femmes vivant avec handicap en Afrique centrale qui sera organisée du 10 au 11 novembre prochain dans la salle des conférences de Béatrice Hôtel à Kinshasa, Capitale de la RDC.

A un mois, le gouvernement de la RDC n'a pas encore pris en compte la tenue de cette conférence qui sera organisée par le FOPHAC à travers le Réseau des organisations des femmes handicapées en Afrique centrale et le Réseau national des associations des femmes vivant avec handicap en Afrique centrale (RENAPHAC). Et pourtant, Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Directeur exécutif du FOPHAC a déjà conjugué d'énormes efforts en prenant des contacts de haut niveau avec des partenaires techniques et financiers. D'où, la crainte des personnes vivant avec handicap (PVH) qui ne voient pas l'engagement du gouvernement quant à cette conférence.

"Des efforts ont été fournis, des contacts ont été entrepris et des correspondances ont été envoyées aux décideurs. La présidente du RENAPHAC a même rencontré certains partenaires dont les responsables de l'ONU-Femmes, du PNUD ainsi que l'ambassadeur de l'Italie et celui du Portugal... Mais, sur place en RDC, les choses ne se dessinent pas encore. Or, tous ces partenaires rencontrés qui sont prêts à soutenir l'événement, veulent également voir l'apport du gouvernement et les rapports qu'il entretient avec le FOPHAC", a rappelé Me Pindu.

Pour ce faire, le FOPHAC demande que cette deuxième Conférence sous régionale sur les droits des femmes vivant avec handicap en Afrique centrale soit parrainée par le président Félix-Antoine Tshisekedi, en sa qualité de président en exercice de la CEEAC.

"Il a intérêt à pouvoir soutenir cette activité de grande envergure pour marquer son passage au sein de cette communauté sous régionale ", a insisté Me Pindu, avant de solliciter par la même occasion, le soutien du gouvernement de la République à travers le ministère des Affaires étrangères (pour la participation des femmes handicapées des Etats concernés ) ; du ministère de l'Intérieur à travers la DGM (Direction générale des migrations) pour la facilitation des visas d'entrée aux participantes extérieures ; du ministère des Affaires Sociales et du ministère Délégué auprès du ministère des Affaires Sociales en charge des questions des personnes vivant avec handicap pour la réussite de l'événement.

Dans le même ordre d'idées, Me Pindu sollicite également le soutien des différents gouvernements dont les femmes vivant avec handicap participeront à ladite conférence, de pouvoir leur accorder toutes les facilités nécessaires, notamment à travers des pourparlers avec les différentes représentations de la RDC dans leurs différents pays, obtenir au rabais les prix des visas ou leur l'exemption, en faveur des femmes handicapées qui prendront part à la conférence de Kinshasa.

A cette occasion, le FOPHAC va profiter de cette deuxième conférence pour procéder à la décoration de certaines femmes de distinction et de référence qui se sont fait remarquer en Afrique centrale, pour la cause des PVH, en général, et celle des femmes vivant avec handicap, en particulier.

"Pour le cas de la RDC, notre choix sera porté sur Mme Eve Bazaïba Masudi, Vice-première ministre en charge de l'Environnement et Développement durable qui, durant deux législature au parlement, a milité en faveur de la Loi portant promotion et protection des droits de personne vivant avec handicap", a fait remarquer Me Pindu.

Parmi les partenaires qui se sont déjà manifestés pour cette deuxième conférence, Me Pindu a cité le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l'homme (BCNUDH) qui s'est engagé à prendre en charge certains frais (location de la salle des conférences de Béatrice Hôtel, frais des repas et pause-café, frais des matériels pédagogiques).

Revenant sur le parrainage du Chef de l'Etat Félix Tshisekedi, Me Pindu estime que ce dernier doit laisser ses empreintes sur la question du handicap en Afrique centrale, surtout que c'est la seule sous-région qui ne dispose d'aucun instrument juridique au niveau sous régional, en ce qui concerne la protection des droits des PVH. En outre, le président Félix Tshisekedi devra saisir l'occasion de son mandat, en vue de soumettre à ses pairs africains pour adoption, le Projet du Plan d'actions quinquennal sous régional, pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées en Afrique centrale et d'inciter tous les neuf Etats de l'Afrique centrale, à pouvoir ratifier le Protocole de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples, relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique, lequel n'est ratifié jusque-là que par le Burundi et la République centrafricaine.

Au finish, Me Pindu demande au président de la République, de pouvoir proposer en sa qualité de président en exercice de la CEEAC, une réunion des chefs d'Etat et des gouvernements des pays de l'Afrique centrale, pour échanger sur la question des personnes vivant avec handicap, dans le but d'avoir une politique et une vision commune de l'Afrique centrale pour la promotion et la protection des droits des PVH.

Dans le même ordre d'idées, Me Pindu a félicité le Burundi pour la mise en place de la Commission nationale pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées (CNPDH), institution gouvernementale rattachée à la présidence de la République ainsi que le Rwanda, avec le Conseil national pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées (rattaché au ministère des Affaires Sociales) dirigé par l'ancien président de l'Association nationale des personnes handicapées du Rwanda, Dominique Bizimana.

A noter que la première conférence sous régionale sur les droits des femmes vivant avec handicap, s'est tenue en 2020 à Brazzaville.

Il convient de souligner que cette rencontre a été organisée avec le soutien Financier de NED.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.