Niger: Les États-Unis encore à la recherche d'informations, 5 ans après l'attaque de Tongo Tongo

Forces spéciales des États-Unis Près du village de Tongo-Tongo, Niger.

Les États-Unis, à travers leur ambassade au Niger, offrent une récompense allant jusqu'à 5 millions de dollars à toute personne pouvant leur donner des informations sur les responsables de l'embuscade de Tongo Tongo. Huit soldats américains et Nigériens y ont été tués par des jihadistes le 4 octobre 2017, il y a cinq ans. Ce jour du 4 octobre, l'ambassade honore leur mémoire en lançant une campagne d'affiches dans toute la zone nord de la région de Tillabéri.

Cela fait déjà cinq ans que huit soldats, quatre Nigériens et quatre Américains, ont été tués dans une embuscade tendue par un groupe de jihadistes à Tongo Tongo, non loin de la frontière malienne.

La veille, au petit matin, le groupe de soldats a quitté sa base d'Ouallam à bord de huit véhicules en direction du Nord. L'objectif est de capturer morts ou vifs les chefs jihadistes Ibrahim Ousmane alias " Dandou " et le lieutenant Adnan Abou Walid al-Sahraoui de l'État islamique dans le Grand Sahara (EIGS).

En tombant dans l'embuscade, les 41 soldats entourés de près de 150 jihadistes, selon les sources, ont livré des combats d'une rare violence. Le bilan est lourd : 8 soldats tués et 10 blessés. Du côté des jihadistes, le chiffre de 25 morts est avancé.

Aussi, en souvenir des soldats tombés à Tongo Tongo, l'ambassade des États-Unis d'Amérique à Niamey honore leur mémoire et offre une récompense à travers le programme " Rewards for Justice " (" récompense pour la justice ", en français) pour obtenir des informations permettant de traduire en justice les responsables de l'embuscade. Des panneaux d'affichage seront placés autour de Niamey et dans la région de Tillabéri. Le gouvernement américain offre une récompense de 5 millions de dollars (équivalent à 3,3 milliards de francs CFA) pour toute information sur l'attaque du 4 octobre 2017.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.