Cameroun: Expropriations des terres - Les populations de Nomayos sollicitent l'intervention du Chef de l'Etat

6 Octobre 2022

Suite à l'implantation de plusieurs projets industriels et organismes internationaux de formations diverses , les terres se font de plus en plus rares . Marginalisées ,les populations de cette localité réclament justice .

Plus de trois cents familles de BINGUELA 1 et de NOMAYOS sont sommées de déguerpir des lieux par l'autorité administrative. Des localités situées dans l'arrondissement de Mbankomo, département de la Mefou et Akono dans la région du Centre .

Une situation, mal perçue par une population devenue cosmopolite et dont les activités économiques jadis pratiquées sont menacées d'arrêt définitif .

Selon les Sources proches du dossier, Il s'agit de deux cent un hectares de terres qui seront retirées de manière irrégulière et forcée aux riverains , dans le non respect des règles et lois de la République . Au-delà même des dizaines d'hectares déjà occupées par la CIMENCAM , le projet Sonatrel , en passant par l'école Internationale des Douanes qui est en projet d'installation dans les prochains mois et dont les indemnisations sont de moins en moins appréciées par les bénéficiaires. Un véritable foyer de tension sociale en hibernation dans cette banlieue de la cité capitale politique du pays .

C'est un litige qui tire ses origines des vastes opérations de viabilisation et de modernisation, de la localité de mbankomo entamées depuis 2016 par les pouvoirs publics .

En effet ,il naît des différentes foireuses négociations entreprises par la mission d'aménagement et de gestion des zones Industrielles du Cameroun dénommée MAGZI auprès des riverains qui se battent pour préserver leurs propriétés .

Des Pourparlers qui se sont soldés par des mécontentements des familles vivant dans des parcelles dont 70% des terres constituent le domaine privé , avec plus 170 titres fonciers délivrés au ministre des domaines , du Cadastre et des affaires foncières . Des Sources bien introduites aux domaines et ministère de la justice , le litige avait été porté devant les tribunaux , précisément au tribunal administratif dans le recours no 773/rg/2016 , intitulé Affaire populations des trois villages Binguela 1 , Nomayos 1 et 2 contre État du Cameroun ( Mincaf ) .

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.