Sénégal: Gamou - La ministre de la Santé à Médina Baye pour vérifier le dispositif sanitaire

Kaolack — La ministre de la Santé et de l'Action sociale, Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, accompagnée de collaborateurs, s'est rendu ce jeudi à Kaolack (centre), pour évaluer le dispositif sanitaire mis en place par ses services pour une meilleure prise en charge des pèlerins à l'occasion du Gamou, la célébration de la naissance du prophète Mohammed (PSL), a constaté l'APS.

"En tant que ministre de la Santé et de l'Action sociale, nous sommes venus à Kaolack pour évaluer le dispositif sanitaire mis en place, tant en termes de prévention et de promotion de la santé, mais également de prise en charge des cas. Tout le dispositif socio-sanitaire de la région est en place", a-t-elle déclaré.

Pour elle, le dispositif mis en place est "extraordinaire et adéquat", mais il peut y avoir d'autres déterminants qui font qu'un certain nombre de problèmes peut survenir. Ce qui est important, à son avis, c'est de pouvoir trouver les solutions.

Selon la ministre, en termes de prévention, toutes les équipes du service d'hygiène sont déjà en action pour veiller au lavage des mains, au contrôle de l'eau, des denrées alimentaires, des sites où sont versées les boues de vidanges et tout ce qui peut être en rapport avec l'hygiène, aussi bien collective qu'individuelle.

"Mais, malgré tout ce dispositif, nous allons avoir des maladies, aussi bien sous forme de transmissible que non transmissible. Et puisqu'il y aura un regroupe important de personnes, nous allons avoir une exacerbation des maladies non transmissibles, tels que le diabète, l'hypertension, etc., que pourraient contracter certains pèlerins", a-t-elle estimé.

"Nous avons les postes médicaux avancés (PMA) et s'ils sont débordés, il y a le centre de santé et toutes les structures socio-privées et, en cas de complications, nous avons le Centre hospitalier régional El Hadji Ibrahima Niass et le Service d'assistance médicale d'urgence (SAMU)", a indiqué Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye.

D'après Mme Ndiaye, ce sont les personnels de ces différentes structures sanitaires qui vont se charger de la régulation, parce que les services de santé ne prennent pas un malade pour l'emmener où ils veulent. "Il y a un certain nombre de protocoles à adopter pour les transferts de malades".

"Pour tout cela, il faut une communication interne et externe, parce qu'il faut que les éléments de la Croix-Rouge et tous les acteurs communautaires puissent être du côté des populations et que tout le monde s'approprie le dispositif qu'on est en train de mettre en place", a-t-elle lancé.

A son arrivée dans la capitale du Saloum, elle a été accueille et accompagnée par le gouverneur de région, le médecin-chef de la région médicale, le préfet du département de Kaolack, le commissaire central, le chef du service de la Brigade régionale pour l'hygiène, entre autres personnalités administratives, religieuses et territoriales.

Elle a ainsi visité l'impressionnant dispositif mis en place par la Brigade régionale pour l'hygiène, le SAMU, une unité mobile de laboratoire, le centre médico-social de Médina Baye communément appelé clinique Shiffa Alasqam fondée par feu Imam Assane Cissé.

La ministre a rendu une visite de courtoisie au khalife de Médina Baye, Cheikh Mouhamadou Mahi Niass.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.