Cameroun: Douala - Un capitaine de Douanes fait molester un parent d'élèves par des "gros bras"

7 Octobre 2022

La scène se passe à Douala, capitale économique du Cameroun, devant une école primaire au quartier Pk 11

Ce vendredi 30 septembre 2022, Monsieur VGD se rend à l'école maternelle et primaire LES MARINS pour voir ses enfants qui y ont été scolarisés à son insu. Ceci est l'aboutissement des recherches menées sur plusieurs semaines. Elles ont été entamées à Yaoundé et se sont poursuivies dans la capitale économique du Cameroun précisément dans cet établissement scolaire de l'éducation de base.

En procédure de divorce encore pendante devant le Tribunal de Grande Instance de Yaoundé-MFOUNDI à la demande de son épouse, elle qui n'a pas attendu les conclusions du Juge Conciliateur pour s'octroyer la garde exclusive des enfants eu avec monsieur VGD. C'est ainsi l'homme n'a pas vu ses enfants depuis le 1er juin 2022. Dame MBAH Péguy Josiane Laure puisqu'il s'agit d'elle, s'est débarrassée de leurs enfants pour vivre seule et poursuivre sa vie sans contrainte. C'est ainsi que cette femme a déporté ses enfants de Yaoundé pour Douala chez son frère utérin, sieur KWEDI Jean Hubert Flavien, habitant le quartier BENGUE CITY à PK 11. Selon des indiscrétions, ce serait le temps qu'aboutissent des démarches pour faire sortir ces enfants du Cameroun. Dans le même temps, le domicile du Sieur KWEDI Jean Hubert n'est pas un choix hasardeux. Ce dernier qui voue une haine et une jalousie profonde en direction du mari de sa sœur utérine depuis bien d'années, a vu l'occasion de nuire monsieur VGD.

Des indiscrétions laissent croire que le Capitaine des Douanes en service au secteur Littoral 2 à Douala aurait juré à ses proches de mettre un terme à la vie de son beau-frère par tous les moyens. C'est ainsi que de plusieurs mois, ce dernier assisté d'une de ses compagnes, Me BISSECK Clémentine, multiplie des accusations, des plaintes et citation-directes à l'endroit de monsieur VGD. Service Central du SED, Tribunaux de Première Instance et Grande Instance Yaoundé et de Douala, Direction de la Police Judiciaire, les motifs fabriqués de toutes pièces s'enchaînent : destructions de biens, vols, diffamation. Mme MBAH Péguy Josiane Laure, son frère utérin KWEDI Jean Hubert et dame MBAH BIKIE Alexandrine ont accusé monsieur VGD de meurtre malgré le fait que non seulement le défunt n'avait aucun palabre avec monsieur VGD, les rapports d'autopsie indiquent une mort naturelle. Dame MBAH Péguy Josiane Laure et ses proches se sont aussi attaqués en vain à l'entreprise où travaille monsieur VGD. Malgré cet acharnement, le Capitaine des Douanes qui se dit " ivre " d'argent et des hommes de renseignements à sa solde, s'est buté devant la justice. Ce qui pourrait justifier sa grosse frustration et le fait qu'ils s'en prennent aujourd'hui aux enfants.

En attendant que la justice se prononce, le parent a voulu voir ses enfants et se rassurer qu'ils aillent à l'école. Rendu donc au sein de l'école LES MARINS, après les civilités et la justification de son acte au travers de la présentation des originaux des actes de naissance, la Direction de l'école a refusé de confirmer ou infirmer la présence en son sein desdits enfants. Malgré l'insistance de l'huissier de justice, les deux hommes finiront par se poster plutôt devant le portail de l'établissement scolaire. A la sonnerie, monsieur VGD verra enfin ses enfants au travers de la grille, être conduit dans le bureau de la direction de l'école. Deux dizaines de minutes plus tard, il constate un attroupement d'hommes. Une quinzaine d'individus qui ne s'intéresse nullement aux mouvements des élèves. C'est alors que se présente une voiture de marque HYUNDAY immatriculé LT 677 FA avec au dame KWEDI Flore au volant. L'épouse légitime du Capitaine des Douanes s'arrête, baisse la vitre côté chauffeur et échange avec les individus attroupés, puis pointe du doigt monsieur VGD, avant de rouler à nouveau pour se positionner devant le portail de l'école LES MARINS. Le policier qui accompagne dame KWEDI Flore sort du véhicule HYUNDAY et va à la rencontre de monsieur VGD afin de l'identifier. Ce dernier se présente sans hésiter et explique les raisons de sa présence. L'homme en tenue, après l'avoir écouter, lui promet alors qu'il verra ses enfants. Seulement, l'épouse du Capitaine des Douanes n'est pas de cet avis. Elle va ordonner à ses gros bras, une quinzaine environ de se saisir du parent afin d'empêcher tout contact avec ses enfants. Monsieur VGD s'en sortira avec des douleurs aux côtes, des lunettes abimées et un tee-shirt déchiré. N'eût été l'intervention de l'homme en tenue, son sort aurait été scellé. Après des coups, l'un des bourreaux va avouer qu'ils ont été payés par dame Flore KWEDI. L'épouse du Capitaine des Douanes leur aurait expliqué que monsieur VGD était un repris de justice venu voler leurs enfants.

Qui est donc sieur KWEDI Jean Hubert Flavien et son épouse pour séparer un père de ses enfants ? Qui est donc MBAH Péguy Josiane Laure, cette mère qui abandonne ses propres enfants afin qu'ils soient exposés ainsi ? Avec quels documents administratifs ces enfants ont-ils été inscrits à l'école maternelle et primaire bilingue " LE SMARINS " ?

Monsieur VGD qui se réjouit malgré les coups reçus, d'avoir vu ses enfants, promet tout de même de saisir la justice. Ce d'autant plus qu'il se raconte dans l'entourage du Capitaine des Douanes, sieur KWEDI Jean Hubert Flavien qui se fait passer pour le fils d'un Général de l'armée camerounaise, qu'il aurait promis à ses proches de mettre un terme à l'existence de son beau-frère monsieur VGD. Face à ces menaces qui se matérialisent au fil des mois au travers des allégations, la séquestration d'enfants et le recours des gros bras, l'autre objectif du Capitaine des Douanes serait d'arracher le bien immobilier bâtit par monsieur VGD et son épouse au quartier Yassa. Ce Douanier dont les états de service ne serait pas apprécier par la Direction Générale des Douanes, se dit tout puissant dans la République du Cameroun au travers de ses connexions avec quelques membres du SERAIL.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.