Congo-Kinshasa: Kalev Mutond, ex-chef des renseignements, rentre au pays et demande pardon à ses victimes

On le croyait un moment au Zimbabwe, en Afrique du Sud, au Togo ou au Congo-Brazzaville. Kalev Mutond, ancien patron de l'Agence nationale des renseignements (ANR), est de retour en RDC, pays qu'il avait quitté l'an dernier, craignant son arrestation. Celui qui semblait aussi puissant qu'intouchable avant 2019 est poursuivi entre autres pour détention arbitraire, tortures, traitement inhumain et tentative d'assassinat sur d'anciens détenus, tous opposants farouches à Joseph Kabila. Son retour a été négocié, d'après plusieurs sources proches du dossier.

Depuis quelques jours seulement à Kinshasa, Kalev Mutond, ce proche de Joseph Kabila, est en fait de retour en RDC depuis plusieurs semaines. Il est de retour d'exil volontaire via la région du Katanga, avec comme priorité numéro un d'en finir avec ses ennuis judiciaires. Cet ancien pilier du régime Kabila a donc entrepris des démarches pour obtenir le pardon de ses anciens détenus.

Premier consulté, Jean-Bertrand Ewanga, qui dit avoir apprécié son humilité. L'ex-opposant affirme avoir pardonné son ancien bourreau et demande que le dossier soit considéré comme définitivement classé.

Kalev Mutond devra cependant convaincre ceux qui avaient engagé des poursuites contre lui. Parmi eux, l'ancien bâtonnier de Lubumbashi, Jean-Claude Muyambo.

Pour lui, il ne s'agit pas d'un problème personnel : " Je l'encourage, parce que ça ne servait absolument à rien de se cacher. Nous, ce que nous voulons, c'est qu'il n'y ait plus un autre Kalev dans ce pays. Il vous torture, il fait tout, et d'un coup, il vient comme ça et il dit : "Non, je vous demande pardon." Et demain encore, qu'on puisse avoir un autre Kalev... Non, moi, je connais les gens qui ont été arrêtés, torturés, certains sont morts en prison. Je pouvais mourir et il allait demander pardon à qui ? Qu'il soit là, on va l'entendre, il y aura la confrontation. Le parquet va trouver une solution. "

Selon plusieurs sources, le retour de cet homme sous sanctions de l'Union européenne a été négocié avec les autorités en place, sous la médiation des services de sécurité extérieure.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.