Libye: Recul du droit des femmes

En Libye, la polémique à propos de l'égalité entre les deux sexes est relancée. Une cour d'appel de Tripoli vient d'annuler l'accord-cadre signé l'an dernier entre le gouvernement Dbeibah et les Nations-Unies pour lutter contre la discrimination à l'égard des femmes. La justice libyenne considère que cet accord est " contraire aux dispositions de la loi islamique ". Elle s'est basée dans ce jugement sur une fatwa, l'équivalent d'un avis islamique légal pour annuler l'accord.

Signé en octobre 2021 avec l'ONU pour améliorer les conditions de la femme en Libye, cet accord est définitivement rejeté. Signataire pour la Libye, la ministre de la Femme, Houriya Torman, a été fortement attaquée et accusée d'enfreindre la loi islamique. " Aucun article de cet accord ne contredit la loi islamique ni les lois de l'état libyen " a-t-elle affirmé. Mais sans succès. La position de plusieurs juristes et défenseurs des droits de l'homme n'a pas pesé non plus.

Accord gelé

Cherchant à ne pas offenser les islamistes, le gouvernement Dbeibah avait alors gelé l'accord et annoncé avoir ouvert une enquête. En saisissant la justice, les protestataires islamistes confondaient selon des juristes, cet accord avec le texte de la convention internationale (CEDAW) pour lutter contre les discriminations à l'égard des femmes, approuvé à l'ONU en 1979. Or, la Libye l'avait bien signé en 1998 mais en émettant quelques réserves.

" La société libyenne n'accepte pas encore le changement "

Quant a l'accord annulé, il visait à établir un plan national pour soutenir les droits des femmes et appuyer leur rôle dans les différents domaines de la société. " La société libyenne n'accepte pas encore le changement, surtout en ce qui concerne la femme " constatent, amers, les défenseurs des droits.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.