Gabon: "Sean Bridon - Le coup de com presque parfait"

19 Octobre 2022

Depuis quelques jours, la toile est en ébullition. En effet, Sean Bridon a émis le souhait de travailler avec des acteurs culturels locaux par un financement de 500 mille dollars.

Il faut déjà reconnaître que Sean Bridon est un monsieur intelligent. Du peu que je crois savoir de lui, il aurait fait des études de marketing. Si c'est bien le cas, il n'est pas utile pour lui de brandir des diplômes car ses actes plaident en sa faveur. Avec plus de 20 millions de followers sur Facebook et des productions vidéos dont le génie réside dans l'expression muette - langage ouvert au Monde entier et qui, d'ailleurs, fait le succès planétaire du Tiktokeur Khaby Lame -, on voit déjà que son ambition à la conquête du Monde va bien au-delà des seules frontières gabonaises et africaines. Pour tout ceci, je suis admiratif et lui souhaite plein succès.

Concernant précisément son initiative du 1er novembre prochain, je trouve que Sean Bridon, avec toutes les qualités citées supra, a manqué de professionnalisme.

Lui qui est un As de la Com' doit savoir qu' "on peut avoir le bon message sans être le bon messager".

1) Déjà, la forme du message, vu la dimension du projet, n'est pas appropriée. Pourquoi pas de listing présenté sur un montage professionel pour exprimer toute ta considération envers des acteurs qui, bon gré mal gré, ont leur vécu et, donc, méritent d'être respectés ?

2) Cette liste laisse penser qu'il existe une entente parfaite entre tous ces acteurs. Ce qui n'est pas vrai. D'ailleurs, nous avons tous suivi le précédent avec ton ancien collaborateur Yaya Vitch. Est-il raisonnable de le mentionner publiquement sans l'avoir contacté Inbox ? Est-il responsable de citer ensemble certains dont tu connais les "désaccords" dans le milieu professionnel ou la vie publique sans leur consentement ?

3) Du précédent point, on est tenté de croire que la bonne démarche aurait été de contacter individuellement ces acteurs avant toute action publique associant leurs noms. Certains pourraient d'ailleurs refuser l'offre en voyant simplement leur nom associé à d'autres. Il s'agit d'abord ici de gestion des ressources humaines avant de parler artistique.

4) En demandant aux acteurs de contacter le manager de ta production, tu manques littéralement de respect aux gens. Quand tu es demandeur ou à l'origine d'une offre aussi bénéfique qu'elle soit pour les autres, c'est à toi de contacter les acteurs avec lesquels tu souhaites travailler. Pas le contraire.

5) À ce stade, personne ne connaît exactement les contours de ce projet. Ce qui peut aussi inciter à le rejeter pour manque de transparence. D'où vient cet argent ? Comment comptes-tu précisément l'investir au profit des acteurs culturels ? Serait-ce en le donnant en espèce ? En contribuant à la promotion des œuvres ? Sachant que tous les acteurs n'éprouvent pas le même niveau de besoins, ces précisions étaient importantes. Sans oublier que nous vivons dans un pays où de telles initiatives ont toujours été le fait des politiciens proches pouvoir, la transparence est donc un facteur clé pour dissiper toute suspicion ou idée de main noire derrière ton projet.

6) En sus, le caractère bref de ton annonce fait naître des polémiques. Certains viennent justifier l'origine des fonds par la monétisation de ta page Facebook. D'autres en sont à parler de jalousie vis-à-vis de toi. Ailleurs, tu es décrit comme un personnage imbu de lui-même. Était-ce le but de ta démarche ? Loin des messages hypocrites de certains acteurs qui déclinent "poliment" ton offre, il faut craindre que tu ne participes davantage à diviser qu'à réunir les acteurs culturels.

7) Il y a aussi que cette légèreté dans la présentation du projet est étonnante venant de toi. Raison pour laquelle tu es accusé de simplement vouloir faire parler de toi. Si tel était le but, c'est plutôt bien réussi. Car, en communication publique, ce qui compte pour certains n'est pas ce qu'on dit d'eux. Ce qui compte étant qu'on parle d'eux. Selon cette stratégie de Com, ce ne sont pas les critiques, les rejets et le bad buzz qui sont à craindre mais l'indifférence. Or, tout le monde, positivement ou négativement, en parle. C'est donc UN COUP DE COM PRESQUE PARFAIT.

Pendant ce temps, un certain ministre de la Culture n'excelle que dans la remise de récompenses ridicules et l'organisation de spectacles pro-pouvoir comme depuis 2009 avec son "On te suit". Au lieu de se saisir, même indirectement, de ce débat.

Qu'est-ce que je raconte... Est-il seulement légitime pour fédérer ces acteurs ?

Parce que le pays-làaaaaaa... On te dit : "Viens au concert d'Hay'oe". Arrivé là-bas, tu assistes maintenant au concert forcé d'Ali Bongo.

Bref... Si Sean Bridon est sincère, il peut revoir la forme car le fond semble être d'une bonne intention.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.