Sénégal: Agnès Callamard d'Amnesty international questionne les autorités sur les violences de 2021

La secrétaire générale d'Amnesty International a achevé hier, vendredi 28 ocrobre, sa visite en Afrique de l'Ouest. Agnès Callamard s'est notamment entretenue avec les autorités sénégalaises sur la liberté de manifester, l'usage excessif de la force, la liberté d'expression ou la protection des enfants talibés. Elle a aussi soulevé la question de la justice après les émeutes de mars 2021.

En mars 2021, au Sénégal, au moins 13 personnes avaient été tuées lors de violentes manifestations à travers le pays. Des émeutes qui avaient suivi l'arrestation d'Ousmane Sonko et durement réprimées. Dans un rapport de mars 2022, Amnesty dénonçait un " Recours excessif à la force " : " Les forces de sécurité ont tué 14 personnes dont 3 enfants quand elles ont tiré à balles réelles pour disperser des manifestations (... ) à Dakar, Bignona, Kaolack et Diaobé " , écrit l'organisation, qui soulignait qu'un an après, la commission d'enquête indépendante annoncée par le gouvernement n'a pas été mise sur pied. Et depuis, toujours rien : aucune information n'a été rendue publique sur les poursuites annoncées par les autorités.

Plus d'un an et demi après, y a-t-il un espoir que justice soit rendue pour les familles des victimes ? Au micro de notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac, Agnès Callamard dit avoir questionné les autorités. " Nous en avons discuté avec les autorités qui ne nous ont pas donné beaucoup d'informations indiquant que ces enquêtes vont aboutir à un procès. Il faut quand même rappeler que ces morts de civils sont quand même un phénomène extraordinaire au Sénégal, ça faisait des années qu'on n'avait pas vu de telles violences commises contre les civils... Les familles attendent toujours des réponses et à l'heure actuelle on n'a aucune indication que les enquêtes progressent ou vont aboutir à quoi que ce soit. "

On garde espoir, conclut Agnès mais on n'a aucune certitude d'avoir des réponses, conclut Agnès Callamard.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.