Sénégal: Les programmes nationaux de lutte contre les MTN réfléchissent sur la durabilité des efforts

Dakar — La lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN) doit passer par des actions multisectorielles conduites dans le cadre de programmes de longue durée, a soutenu, mercredi, à Dakar, Alphonse Ousmane Thiaw, directeur de cabinet du ministère de la Santé et de l'Action sociale.

"Beaucoup de progrès ont été réalisés au Sénégal comme dans les autres pays. Cependant, il y a des gaps et des défis qui tournent autour de la durabilité, du renforcement des ressources et des actions multisectorielles pour maintenir tous ces efforts", a-t-il souligné.

Alphonse Ousmane Thiaw présidait l'ouverture d'un atelier régional de partage d'expériences sur le bilan et les perspectives des programmes nationaux de lutte contre les maladies tropicales négligées.

Cette rencontre de trois jours réunit les responsables des programmes nationaux de lutte contre les maladies tropicales négligées du Bénin, du Cameroun, du Ghana, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Sénégal et de la Sierra Leone.

Selon M. Thiaw, "le maintien des progrès impose des efforts supplémentaires, d'où l'importance d'avoir ces échanges entre plusieurs programmes nationaux".

Dans ce sillage, "il est important d'impliquer les gouvernements", d'autant qu'il y a "de nouveaux défis autour de la durabilité", a indiqué Joe Shott du projet Act de l'agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), partenaire de la lutte contre les maladies tropicales négligées en Afrique de l'Ouest.

"Des progrès énormes ont été réalisés dans des situations difficiles. Des pays comme le Togo ont éliminé le trachome. Donc, il faut s'occuper de la durabilité pour que tous ces efforts puissent être maintenus et sauvegardés dans ces pays", a-t-il ajouté.

Bolivar Pou, représentant l'organisation américaine FHI 360, autre partenaire de la lutte contre les maladies tropicales négligées en Afrique de l'Ouest, est revenu sur l'importance de la durabilité, "composante essentielle du Act to End (mettre fin aux MTN), qui vise à recueillir les goulots d'étranglement éventuels à l'atteinte des objectifs (...)" arrêtés dans ce domaine.

"Nous venons de loin en ce qui concerne la lutte contre les MTN", en termes d'organisation des services et de recherche, a relevé le directeur général de la santé publique du Sénégal, docteur Barnabé Gningue.

"Aujourd'hui, après un certain délai de mise en œuvre, nous pouvons relever la tête et dire que ces maladies anciennement négligées deviennent considérées. Pour ne dormir sur nos lauriers donc, il faut des stratégies pour maintenir ces acquis", a-t-il dit.

Selon docteur Gningue, la durabilité "consiste à maintenir les stratégies qui nous ont permis d'avoir des succès, d'une part, et d'autre part les stratégies qui croissent".

Quatorze des 20 maladies tropicales négligées dans le monde sont présents sur le territoire sénégalais.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.