Gabon: La Cour constitutionnelle annule une élection législative partielle

Festival Gabon 9 provinces.

Au Gabon, la Cour constitutionnelle a annulé mardi une législative partielle organisée dans le centre du pays. Un scrutin remporté par le parti au pouvoir, mais contesté par l'opposition. Des recours avaient été déposés devant la Cour constitutionnelle à cause de conditions d'organisation non équitable. L'institution suprême a donné raison aux requérants et pénalise donc le pouvoir. Une décision d'importance alors que le pays va organiser des élections générales très attendues en 2023.

Coup sur coup, l'opposition a remporté deux victoires notables à la Cour constitutionnelle. En octobre, l'instance suprême avait demandé le renouvellement du Conseil Gabonais des Élections, car sa procédure de reconduction était irrégulière. Cette fois, elle annule une législative partielle dans le centre du pays après un recours notamment du parti PSD, qui estimait que les conditions d'organisation avantageaient la majorité. Pourtant, les Gabonais surnomment cette Cour constitutionnelle, la " Tour de Pise ", parce qu'elle pencherait d'un côté, celui du pouvoir.

Pierre Claver Maganga Moussavou, président du PSD, demande maintenant une réforme électorale avant la présidentielle 2023 : " Je demande à ce que toute la classe politique puisse se réunir pour que nous n'ayons plus de problème, en laissant faire des élections dans de mauvaises conditions. C'est pourquoi si les politiques se retrouvent pour voir les conditions des élections, ça va être une bonne chose pour sécuriser non seulement les élections, mais pour garantir la perte sociale dans notre pays. "

" C'est important en terme d'image "

Selon une bonne source, " les juges sont fatigués d'enseigner la politique aux politiciens. Alors qu'il y a des séminaires où la cour explique les procédures. Mais les politiciens refont les mêmes choses, ils s'entêtent ", indique ce bon connaisseur de l'institution.

Même si cette législative annulée ne concerne qu'un seul siège, " c'est important en terme d'image ", explique-t-il. Certains détracteurs estiment que les magistrats cherchent à redorer leur blason. " Il y aura toujours des insatisfaits ", note cette même source. En tout cas, les magistrats vont être scrutés à nouveau rapidement. Le parti Reagir vient de déposer un recours contre la procédure d'adoption du projet de loi de finances.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.