Afrique: Les agriculteurs africains ignorés lors des négociations sur le climat à la COP 27

communiqué de presse

Alors que la poussière retombe à Sharm El-Sheikh, l'Afrique a peu de raisons de se réjouir. L'Afrique et les pays du Sud peuvent tirer un certain espoir des petites avancées réalisées lors de la COP27. À la dernière minute, les négociateurs ont convenu de fournir un financement pour les "pertes et dommages" aux pays vulnérables durement touchés par les catastrophes climatiques. Mais nous avons déjà entendu ces promesses. Les pays riches du Nord n'ont pas tenu leur promesse de 2016 de financer l'adaptation à hauteur de 100 milliards de dollars par an.

Les membres de l'AFSA sont arrivés à la COP27 avec une demande claire de mettre l'agroécologie au centre des discussions sur l'agriculture et l'adaptation, de placer les besoins des agriculteurs au centre de l'adaptation et de se concentrer sur un financement nouveau, accessible et prévisible de l'adaptation. Mais la communauté internationale de négociation sur le climat a une fois de plus mis de côté les voix des petits agriculteurs africains lors de la COP27 en Égypte. Les appels des agriculteurs en faveur d'un passage à l'agroécologie comme choix évident pour une action climatique et une résilience à faible coût n'ont pas été entendus.

Le Dr Million Belay, coordinateur général de l'AFSA et expert du panel IPES-Food, a déclaré : "Il était très inquiétant de voir un large contingent de lobbyistes d'entreprises influencer le processus alors que les petits agriculteurs ont été exclus et noyés de cette COP27. Les agriculteurs ont exigé la reconnaissance de l'agriculture diversifiée et résiliente, de l'agroécologie et du financement climatique, mais ils repartent avec très peu. "

La société civile africaine est extrêmement déçue que les pays riches et puissants reviennent sur leurs engagements précédents en faveur de l'objectif de 1,5°C et de la réduction de l'utilisation des combustibles fossiles, allant jusqu'à présenter le gaz fossile comme une "source d'énergie à faible émission". L'Afrique se réchauffant deux fois plus vite que le reste du monde, le continent se retrouve en première ligne face aux attaques de la crise climatique - une crise parmi d'autres créées en dehors de ses frontières.

Bridget Mugambe, coordinatrice des programmes de l'AFSA et responsable du groupe de travail sur le climat et l'agroécologie, a déclaré : "L'Afrique ressent chaque jour les effets de l'urgence climatique, avec la hausse des températures, les sécheresses et les inondations qui frappent déjà durement les petits agriculteurs et les femmes. Pour maintenir nos moyens de subsistance et nourrir nos communautés, nous sommes contraints de nous adapter - pourtant, nous ne recevons que des fonds négligeables de la part de la communauté internationale. Les petits agriculteurs de toute l'Afrique appellent la communauté internationale à reconnaître le potentiel de l'agroécologie et à investir dans des solutions à la crise climatique menées par les Africains. "

Les petits agriculteurs africains sont profondément déçus par le fait que, si la décision de la COP27 sur l'agriculture a renforcé la compréhension du rôle massif de l'alimentation et de l'agriculture dans les émissions de gaz à effet de serre, elle n'a pas permis de développer des actions concrètes de mise en œuvre.

Sena Alouka, directeur exécutif de Jeunes volontaires pour l'environnement, a fait remarquer : "Au lieu de l'action transformatrice urgente requise pour faire face à la crise climatique, nous nous retrouvons avec de vagues engagements et des promesses d'investir dans des systèmes alimentaires "climato-intelligents" en Afrique. Nous ne résoudrons jamais la crise climatique avec l'état d'esprit qui l'a provoquée. Nous avons besoin d'une transition juste qui nous éloigne de l'agriculture industrielle à fortes émissions, des monopoles des systèmes alimentaires des grandes entreprises et des fausses solutions climatiques, pour nous orienter vers l'agroécologie. "

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.