Algérie: Le pays approuve le doublement de son budget militaire

En 2023, plus de 22 milliards de dollars devraient être alloués aux questions de défense, selon le projet de loi de finance adopté par l'Assemblée nationale algérienne mardi 22 novembre.

Cette hausse du budget militaire, annoncée pour la première fois en octobre, s'explique notamment par la nécessité de renouveler les équipements militaires, relève Akram Kharief, journaliste algérien spécialiste des questions de défense. " Ces équipements ont besoin de mises à jour et améliorations, surtout ceux qui ont été achetés lors du gros accord de 2007, avec la Russie. Il s'agit de la flotte d'avions de chasse, de sous-marins, d'équipements anti-aériens. Tout ceci nécessite une révision de moitié de vie ", indique-t-il. " Je pense aussi que l'Algérie est en train de réfléchir à de nouvelles acquisitions et à préparer une modernisation de son armée. "

Autre question budgétivore : la revalorisation des pensions réclamées par les retraités de l'armée. Et selon Akram Kharief, l'implication grandissante que pourrait avoir l'Algérie dans le Sahel peut expliquer cet effort budgétaire. " Notamment en collaborant avec les armées voisines, comme le Niger, je pense que l'Algérie s'achemine petit à petit à l'établissement d'une sorte d'aide permanente à l'armée nigérienne pour faire face au problème de terrorisme. Et par extension aussi, pour faire face au problème du jihadisme qui existe dans les autres régions du Sahel. " Enfin, les questions sécuritaires en Méditerranée comptent également parmi les priorités des autorités algériennes.

Alger pourrait se fournir auprès de Rome, Berlin, Pékin... ou Paris

Reste à savoir vers quels fournisseurs l'Algérie, l'une des principales puissances militaires d'Afrique, va se tourner pour renouveler ses équipements. Car la guerre en Ukraine a aussi rebattu les cartes pour les forces armées algériennes, largement équipées jusque-là par la Russie. Mais ces derniers mois, Moscou donne la priorité à sa guerre plutôt qu'aux exportations. Et sur le front ukrainien, le matériel russe n'a pas brillé par sa qualité.

Alors Alger, qui ne manque pas de liquidités grâce à l'explosion des prix du gaz et du pétrole, regarde désormais ailleurs. " L'Algérie se permet maintenant de choisir. À la base, elle s'équipe en Russie, mais évalue la performance des équipements russes et, en cas de défaillance ou mauvaise qualité, s'approvisionne chez d'autres partenaires, observe le journaliste Akram Kharief. Donc cela va bénéficier probablement à des pays comme l'Italie, l'Allemagne, la Chine et peut-être à la France aussi. Paris est en train d'améliorer ses relations avec Alger et qui était par le passé un partenaire et un fournisseur très fiable pour l'armée algérienne. "

Il est probable qu'Alger signe d'importants contrats d'armement dans les tout prochains mois, soit auprès des européens ou des Russes, ou encore de Pékin. Ces dernières années, la Chine est devenue le deuxième fournisseur d'armes de l'Armée nationale populaire.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.