Afrique: 3e Forum de la jeunesse panafricaine - Des recommandations pour booster les actions des jeunes

Le président de l'association Les jeunes cadres, Florian Koulimaya, qui a participé récemment au troisième Forum de la jeunesse panafricaine à Addis-Ababa, en Éthiopie, a organisé le week-end dernier un atelier de restitution des travaux de cette rencontre placée sur le thème " Briser les barrières à une participation et une inclusion significatives des jeunes dans le plaidoyer ".

Devant les représentants de huit Organisations non gouvernementles (ONG) réunis au Centre national de transfusion sanguine, les responsables de l'association Les jeunes cadres ont vulgarisé les différentes recommandations formulées lors des assises d'Addis-Abeba. Dans le domaine de l'enseignement, la jeunesse africaine a, entre autres, recommandé une éducation de qualité, accessible et inclusive pour tous les jeunes en Afrique, sans aucune barrière ou défi ; des possibilités de bourses d'études pour les jeunes, en particulier les jeunes femmes, à tous les niveaux.

Les participants ont aussi recommandé une augmentation des allocations budgétaires nationales pour l'éducation afin d'accélérer le développement des systèmes d'apprentissage en ligne pour fournir une éducation de qualité, inclusive, équitable et gratuite pour les jeunes.

Dans le domaine de l'entrepreneuriat, les recommandations ont porté sur l'affectation des capitaux pour permettre aux entreprises créées par les jeunes de se développer, de réaliser des économies d'échelle et d'entrer dans les marchés commerciaux ; des opportunités comprenant des initiatives de mentorat physique et virtuel pour les jeunes entrepreneurs ; une formation à l'entrepreneuriat et au développement des affaires dispensée au sein d'un réseau d'espaces personnels et virtuels et des services d'incubation fournis par des entreprises établies.

Pour avoir des jeunes engagés dans le continent, les participants ont recommandé l'institutionnalisation du co-leadership pour les jeunes et une participation politique effective ; des égalités d'opportunités pour le leadership à tous les niveaux de prise de décisions dans les dimensions politiques, sociales, culturelles, économiques et publiques de la vie, tout en renforçant les voix des jeunes et en créant des espaces ainsi que des ressources pour leurs agendas.

Les jeunes ont, par ailleurs, exprimé leur besoin d'avoir des programmes de leadership identifiant des leaders physiques pour encadrer, encourager et soutenir en permanence les leaders émergents dans tous les domaines du continent, y compris dans les organisations régionales et internationales ; la nomination de jeunes conseillers/envoyés spéciaux et d'autres fonctions dans l'industrie, les institutions et à tous les niveaux de la gouvernance nationale, régionale et mondiale.

Sur le plan de l'emploi, les jeunes ont demandé l'égalité, des emplois dignes, un travail rémunéré, des stages rémunérés et une rémunération égale pour le salaire horaire du travail à temps partiel et du travail à temps plein, dans des conditions égales. Ils souhaitent ensuite la création d'une plateforme de compétences numériques pour soutenir les jeunes dans leur transition entre les études et le monde professionnel.

Notons que la Commission de l'Union africaine célèbre le mois de la jeunesse en novembre, conformément à la Charte africaine de la jeunesse adoptée en 2006. Le thème du mois de la jeunesse de cette année est un appel retentissant à tous les acteurs du développement de la jeunesse - gouvernements, organisations internationales, partenaires de développement, secteur privé, société civile et tous les jeunes africains à défier les obstacles à un engagement significatif des jeunes en Afrique, quelle que soit la façon dont ils peuvent se présenter.

Selon le contexte, les jeunes sont au cœur même du programme de développement de l'Afrique. Avec plus de 75% de 1,2 milliard d'habitants de l'Afrique âgés de moins de 35 ans et 453 millions d'Africains âgés de 15 à 35 ans, il va sans dire que les résultats de développement des jeunes africains ont un effet significatif et durable sur la trajectoire du continent.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.