Madagascar: Les hommes des ténèbres

On ne le répétera jamais assez, l'histoire est un éternel recommencement, un va et vient incessant dans le temps. Avec le délestage, on revient à plusieurs siècles en arrière .

On revit l'époque des hommes des ténèbres objets de récits, de films , de romans au 17e siècle. La vie des mineurs de fonds a inspiré plusieurs auteurs célèbres comme Emile Zola ( Germinal) ou Renald Mercier( Les hommes des ténèbres). Ils auraient pu en faire autant avec le délestage s'ils avaient vécu à notre époque.

On est devenu tout simplement des hommes des ténèbres qui vivent en surface. Quand on passe une journée entière sans électricité alors que tout ce qu'on fait aujourd'hui est impossible sans énergie fossile ou renouvelable. Les outils de travail comme les activités génératrices de revenu dépendent de sources d'énergie. On imagine donc aisément les préjudices causés par le délestage aux ménages et aux entreprises qu'importe leur taille.

Le pire est que la Jirama envoie les abonnés balader entre les fausses explications et les vrais arguments au point de devenir ridicule aux yeux de l'opinion. On peut tromper une fois mille personnes mais on ne peut pas tromper mille fois une personne aimait dire Ratsiraka. Cela résume le comportement de la Jirama incapable de jouer la transparence et de proposer un chronogramme précis et sérieux de la résolution du délestage.

Depuis le délai de trois mois annoncé par l'ancien président Rajaonarimampianina jusqu'à maintenant, on n'arrive pas à cerner le problème. On avait annoncé que le délestage serait en partie résolu avec la mise en marche de quatre groupes à Andekaleka. C'était prévu pour août. Puis cela a été reculé pour atterrir en 2028. Il reste ainsi six ans de purgatoire pour les pauvres abonnés de la Jirama. On a tenu le coup depuis de dix ans, il n'y a donc aucune raison pour ne pas tenir la moitié.

Seulement, la population mérite qu'on lui dise les réalités. On invente à tous les coups des causes techniques par ci, par là alors que le problème est totalement financier. Les fournisseurs de la Jirama dont l'arriéré équivaut à des centaines de milliards d'ariary refusent de continuer à approvisionner la Jirama sous peine de mettre leur société en péril. Les centrales thermiques ne fonctionnent pas toutes ainsi causant un gap important dans la puissance fournie.

Aussi longtemps que ces arriérés ne sont pas épongés, le délestage persistera. Il faut maintenant arrêter d'entretenir l'illusion pour ne pas exaspérer les abonnés. Il ne faut pas jouer sur leur patience et leur admirable résilience. C'est le minimum de respect qu'on lui doit pour éviter un court-circuit.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.