Afrique: Promouvoir la réconciliation entre les communautés pour une paix durable

Juba — La guerre civile qui dure depuis des années continue à causer la mort de milliers de personnes, le déplacement de plusieurs zones et la destruction des infrastructures.

Le non-respect du traité de paix de 2018 (voir Fides 6/7/2018) alimente une instabilité politique qui se traduit par des violences et des conflits interethniques. Malgré le compromis conclu en février 2020 entre les groupes rivaux dirigés par Salva Kiir, président, et Riek Machar, premier vice-président du pays, il n'existe à ce jour ni paix ni stabilité. De nombreuses dispositions de l'accord de 2018 restent inappliquées en raison des litiges en cours entre les deux rivaux.

L'archevêque de Juba, Stephen Ameyu Martin, n'a pas failli dans son appel à promouvoir la paix et l'unité dans la nation d'Afrique centrale orientale. L'occasion était une messe d'action de grâce célébrée le 21 novembre dans la cathédrale des Saints Pierre et Paul pour le centenaire du diocèse de Torit. "Soyez des piliers de stabilité, de paix et d'unité dans vos communautés, et travaillez pour le bien de votre peuple", a déclaré l'archevêque, soulignant que les membres du clergé doivent être conscients du rôle qu'ils ont envers le peuple de Dieu.

"Vous devez être un instrument de réconciliation entre les personnes au sein de la communauté, c'est votre rôle de prêtres en tant que messagers de Dieu. Nous, les prêtres, devons promouvoir la réconciliation entre les communautés pour une paix durable."

L'ordinaire local de l'archidiocèse de Juba, qui est également administrateur apostolique du diocèse de Torit, a exhorté les personnes présentes à pratiquer de bonnes actions dans leur vie quotidienne pour le bien de l'Église et des communautés. "Nous devons apprendre à faire les choses de la bonne manière, nous engager à penser de la bonne manière", a-t-il déclaré, ajoutant qu'en vivant pleinement la mission, chacun sera en sécurité dans l'Église et continuera à l'être dans l'État.

"Que Dieu nous donne la paix pour vivre ensemble afin que nous puissions travailler pour le bien de notre Église et de notre pays", a conclu le chef de l'Église catholique.

Il y a 8,9 millions de personnes qui ont besoin d'aide dans le pays. La crise qui sévit dans tout le pays est due à plusieurs causes auxquelles il faut ajouter l'impact climatique dû aux inondations qui, chaque année, augmentent et aggravent les conditions des terres agricoles et de l'élevage, principales sources de subsistance. La période de transition qui devait conduire le pays à des élections en 2023, après plusieurs reports, a été prolongée de 24 mois début août en raison de l'absence de progrès sur de nombreuses dispositions de l'accord.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.