Ile Maurice: Grève de la faim - Nishal Joyram affaibli mais combatif

25 Novembre 2022

Nishal Joyram a lancé un appel à tous pour la marche de samedi à 14 heures : "Sak dimun so contribusion importan." Ce dernier qui, hier, en était à son 10e jour de grève, nous a déclaré : "Ce n'est pas moi qui suis important, mais la cause.

Samedi, un maximum de personnes qui souffrent des prix excessivement chers des carburants doivent venir soutenir la cause. Une baisse de Rs 20 est plus que raisonnable vu que sur le marché mondial les prix ont encore chuté." Il était visiblement affaibli, ayant quelques trous de mémoire, mais conservait son sourire et sa détermination d'aller jusqu'au bout. D'autant que la rencontre entre le comité de soutien et un membre du gouvernement n'a pas donné de raison de stopper la grève de la faim.

À côté de Nishal Joyram, le Dr Vasantrao Gujadhur n'a pas caché son inquiétude face à l'état de santé de ce dernier, qui se fragilise de jour en jour. Le médecin a ainsi établi une distanciation sociale entre le public et le gréviste, et recommande le port du masque "car il y a plusieurs centaines de nouvelles infections par jour". Après le départ de l'express, des membres de la société civile et des politiciens sont allés témoigner de leur soutien à Nishal Joyram, devenu le porte-parole du grand public, au péril de sa santé.

Les membres de l'entente de l'Espoir aux côtés de Nishal Joyram

Les membres de l'entente de l'Espoir, soit le leader du PMSD Xavier Duval, le leader du MMM Paul Bérenger, et le leader du RN Nando Bodha se sont rendus au chevet du gréviste Nishal Joyram, hier, aux abords de la cathédrale de Port-Louis. Ce dernier a entamé une grève de la faim face au prix des carburants.

Pravind Jugnauth aurait dû venir voir Nishal Joyram ou encore rencontrer l'équipe de soutien pour une discussion.

Xavier Duval a expliqué qu'il y avait trois aspects à prendre en considération quand il s'agit des carburants : le prix au brut, le prix à payer pour le raffinement et la transportation vers Maurice, et les taxes imposées par le gouvernement. Il soutient qu'il faut plus de transparence sur le prix du raffinement et de la transportation car la corruption règne au sein du régime au pouvoir. Il a déclaré, faisant fi des conséquences sur les ménages et l'économie, "tu kalite exkiz servi pu met tax lor tax. Gouvernma morisien pe tret lesens couma enn vache à lait." Il a aussi donné rendez-vous à tous les Mauriciens pour participer massivement à la marche de samedi.

Paul Bérenger a, lui, dénoncé les tactiques "perdi letan" de Soodesh Callichurn, ministre du Commerce, et a soutenu que Pravind Jugnauth aurait dû venir voir Nishal Joyram ou encore rencontrer l'équipe de soutien pour une discussion. Quant à Nando Bodha, il a souligné qu'il est clair que le gouvernement est insensible à la misère du peuple. Pour lui, il est urgent qu'une décision soit prise et dit espérer que le Premier ministre prendra le dossier en main "pu montre li ena enn leker".

L'équipe de soutien, composée de Jayen Chellum et Salim Mutty, a rencontré le ministre du Commerce hier. Le premier nommé a expliqué que, dès le début de la rencontre, le ministre lui a fait comprendre que le Petroleum Pricing Committee (PPC) se réunirait en janvier. "Soodesh Callichurn n'a fait que répéter ce qu'a dit Rajiv Servansingh (NdlR : directeur de la State Trading Corporation, STC).

Le ministre a dit qu'il faut attendre que le comité tripartite se rencontre le 30 novembre. Me ki sa ena a fer ?" Pour lui, le gouvernement, dont Soodesh Callichurn, ne montre aucun intérêt à l'état de santé de Nishal Joyram et fait preuve d'une insensibilité extraordinaire. Il a ajouté que le ministre a aussi indiqué que la grève de la faim de ce dernier sera évoquée au Cabinet ce vendredi 25 novembre. Salim Mutty a, pour sa part, encore une fois demandé une rencontre avec Pravind Jugnauth et a confié qu'une lettre en ce sens lui sera envoyée ce vendredi.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.