Guinée: Nombokelin/Maci - Une femme tombe gravement malade après avoir fait abattre une chatte et sa progéniture

29 Novembre 2022

Incroyable mais vrai. Une femme fait abattre une chatte et les chatons de celle-ci, puis se retrouve gravement malade deux jours plus tard. Cette réalité surprenante s'est produite à Nombokelin qui est un village de la sous-préfecture de Maci, préfecture de Pita.

La chatte était retranchée dans un trou avec ses petits, non loin de la maison où habite la femme qui a fini par la faire abattre. Elle a été surprise en train d'emporter des œufs d'une poule appartenant à cette femme. Alors celle-ci a décidé d'en finir définitivement avec elle. Ce mardi 29 novembre 2022, elle a fait appel à de nombreux enfants du village tout en leur demandant de venir avec des chiens. Ce qui a été fait.

Quand ils sont arrivés chez elle, la chatte était dans son trou avec ses petits comme d'habitude. Pour l'obliger de sortir afin de la tuer, ils l'ont enfumée. Etouffée, elle a tenté de fuir. Mais aussi vite qu'elle s'est retrouvée à l'extérieur, les chiens l'ont déchirée en morceaux.

Les chatons n'ont pas pu sortir du trou. Ils sont finalement morts enfumés. Deux jours plus tard, la femme à la base du sort tragique de la chatte et des petits de celle-ci, est tombée gravement malade. L'on ne sait pas de quoi elle souffre pour le moment, mais elle est visiblement dans un état inquiétant. Elle a été déjà évacuée à Conakry en Conakry. C'est là que son fils aîné, a-t-on appris, compte la faire soigner.

À Nombokelin, l'on estime qu'elle est " en train de récolter ce qu'elle a semé ". C'est-à-dire pour de nombreux habitants du village, la maladie survenue à cette femme est due " à son acte ignoble sur une chatte et les petits de celle-ci ".

L'identité de la femme nous a été révélée. Nous l'avons même vue avant son évacuation par la suite à Conakry. Mais la notabilité de la localité a supplié notre reporter de ne faire aucune prise d'image. Chose qu'il finalement acceptée.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.