Congo-Brazzaville: Collectivités locales - Grève illimitée dans les six mairies du Congo

L'Union des syndicats des mairies du Congo a lancé, à travers une déclaration rendue publique le 29 novembre dans la capitale congolaise, une grève illimitée dans toutes les mairies du pays, " régies par la convention collective unique du 12 décembre 1990 ", notamment Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi, Ouesso et Mossendjo, à compter du 1er décembre.

Selon l'Union des syndicats des mairies du Congo, les agents évoluant dans les mairies de plein exercice, actifs et retraités non pensionnés vivent une " situation sociale précaire et insoutenable ". Les représentants syndicaux des six mairies reprochent aux pouvoirs publics la non-prise en charge de leurs doléances contenues dans le cahier de charges et la suspension des négociations avec le gouvernement, le 11 novembre dernier. Face à la non-reprise de ces négociations et au regard de l'épuisement des procédures syndicales conformément aux lois et textes en vigueur, l'Union des syndicats des mairies du Congo a décidé de l'entrée en grève illimitée à compter du 1er décembre.

Notons que les travailleurs des mairies de Ouesso, dans la Sangha; Mossendjo et Dolisie, dans le Niari; et Nkayi, dans la Bouenza; traversent depuis plusieurs années une situation très difficile. Au 19 juillet 2021, ils avaient respectivement 52, 51 et 46 mois d'arriérés de salaires. Jusque-là épargnées, les mairies de Brazzaville et Pointe-Noire ont également emboîté le pas, cumulant actuellement des dizaines de mois d'arriérés de salaire.

Cette mauvaise passe ne facilite pas le travail au sein de ces collectivités locales. Le 4 novembre 2021, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, avait eu une séance de travail avec le collectif des maires du Congo et des présidents des Conseils départementaux ainsi que les représentants des travailleurs. Cette rencontre, centrée sur le climat social, la perception et la rétrocession des centimes additionnels aux collectivités locales, entrevoyait quelques pistes de sortie de cette crise devenue aiguë au fil des temps. Hélas, aujourd'hui, un an après, la situation n'a pas évolué au regard de la dernière déclaration de l'union.

Un problème qui semble préoccuper l'Etat au plus haut niveau. En effet, lors de son message sur l'état de la Nation devant le Parlement réuni en congrès, le président de la République a renouvelé son appel aux Conseils locaux pour donner un contenu concret à la décentralisation. Ceci à travers, entre autres, leur engagement sans faille pour une gestion orthodoxe des services décentralisés, en vue d'un essor cohérent des différentes collectivités.

" Le gouvernement devra faire preuve de diligence en vue de la mise en œuvre effective de la décentralisation, en garantissant sans délais la rétrocession des centimes additionnels et autres recettes dévolues aux collectivités locales et en mettant à disposition les ressources prévues, concomitamment au transfert des compétences ", a instruit Denis Sassou N'Guesso.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.