Afrique: Vivre avec le VIH SIDA

Ruban de sensibilisation au VIH/sida.
1 Décembre 2022

Le 1er décembre, une journée de soutien aux personnes vivant avec le VIH et qui vise aussi à informer et à sensibiliser sur la maladie.

Fabiola Yerimah ne savait pas que son cousin de deux ans était séropositif. "Quand je demandais à sa maman de quoi il souffrait, elle me répondait que c'était des champignons", a raconté la jeune femme de 22 ans à la DW.

"Donc, quand j'ai fait le test et qu'on m'a diagnostiqué positive, la première question qu'ils m'ont posée était : y a-t-il quelqu'un dans votre maison qui vit avec le VIH ? J'ai répondu non, mais il y a mon petit cousin qui prend toujours des médicaments, mais c'est pour des champignons" poursuit-elle.

Ce n'est qu'après que les médecins ont examiné le médicament en question que Fabiola a réalisé que son petit cousin était séropositif.

Environ 500.000 enfants et adultes vivent avec le VIH au Cameroun, selon le programme des Nations unies pour le sida, l'Onusida.

Fabiola dit avoir passé de longues heures à rechercher la guérison divine. Comme cela ne se produisait pas, elle a envisagé le suicide. Mais elle a finalement accepté son statut.

"Je suis très à l'aise, je suis ok avec mon statut et j'ai accepté qui je suis. Depuis que j'ai commencé à prendre mes médicaments, la charge virale a été supprimée. Je sais que lorsque le virus entre dans votre système, il détruit votre système immunitaire. Et si la charge virale nest pas supprimée, vous pouvez infecter les autres " assure Fabiola.

De l'espoir malgré tout

En général, dans les six mois qui suivent le début du traitement, la plupart des personnes prenant des médicaments anti-VIH parviennent à réduire leur charge virale au point de la rendre indétectable. A ce stade, les personnes ne transmettent pas le VIH à leurs partenaires par voie sexuelle, selon le site du gouvernement américain consacré au VIH.

Briand Tubuoh a une histoire similaire de résilience face au sida. Il a fait un test qui s'est révélé positif à un moment où sa mère était très malade. Briand a fini par se rendre à l'hôpital, qui a confirmé son statut positif.

Lorsqu'il a finalement décidé de parler de sa séropositivité à sa famille et ses amis, leurs réactions ont été dévastatrices.

"J'ai été rejeté à cause de ma séropositivité et il y a eu des moments où je me posais des questions... pourquoi Dieu ne peut-il pas simplement m'enlever la vie, pourquoi devrais-je vivre avec cette maladie ? Est-ce que j'ai un avenir ?" se souvient le jeune homme.

Mais ces questions ont fait naître l'espoir, avec aussi l'aide du personnel de l'hôpital où il était traité.

"Ils m'ont initié aux [antirétroviraux] ARV, ils m'ont conseillé, et j'ai réalisé que je n'étais pas différent des autres enfants. Aujourd'hui, j'accepte pleinement mon statut et j'ai décidé de prendre mes ARV", a déclaré fièrement Tubuoh.

Comme des milliers d'autres jeunes vivant avec le VIH, Tubuoh et Yerimah craignent de transmettre le virus à leurs enfants lorsqu'ils décideront de fonder une famille.

Le Cameroun a connu une forte baisse du nombre d'enfants vivant avec le sida. Entre 2009 et 2015, par exemple, le nombre d'enfants infectés a diminué d'un peu moins de la moitié (49 %).

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.